Back to top

Astérix – Le Domaine des dieux

Catégorie

Lagardère Publishing

Paris, le 24 novembre 2014

Publication, par Les Editions Albert René, de deux éditions spéciales du Domaine des dieux, à l’occasion de la sortie au cinéma du film d’animation éponyme.

A l’occasion de la sortie au cinéma du premier film d’animation en 3D relief d’Astérix, Le Domaine des dieux, (écrit par Alexandre Astier et réalisé par Louis Clichy), nous voulions vous faire découvrir les coulisses de la création de l’album bd éponyme dont le long métrage est complètement inspiré.

En effet, en attendant la sortie nationale de cette 9e adaptation cinématographique prévue le 26 Novembre nous tenions à vous raconter comment et pourquoi Alexandre Astier a lui aussi une légère préférence pour cette aventure-là : Astérix, Le Domaine des dieux.

Le contexte : Nous sommes en 1971, cela fait maintenant déjà 12 ans, après la publication de la toute première planche d’Astérix dans le Pilote d’Octobre 1959, que nos deux génies René Goscinny et Albert Uderzo « se marrent et font marrer les gens » !

Une bonne motivation et surtout la seule et unique devise de ces auteurs qui travaillent alors à un rythme effréné. Voyons plutôt, les tirages des 16 premiers opus des Aventures d’Astérix le gaulois s’envolent d’album en album (6 000 exemplaires pour le premier, Astérix le Gaulois, 1 200 000 pour le dernier en date, Astérix chez les Helvètes publié en 1970 !), les deux longs métrages d’animation sont eux aussi des succès (Astérix le Gaulois, Astérix et Cléopâtre), les gaulois sont devenus les égéries des marques les plus diverses sans oublier les journaux qui leur consacrent souvent leur Une.

Par ailleurs Astérix commence à envahir l’Europe mais à l’inverse des troupes romaines, il crée, lui, l’engouement partout où il va et particulièrement en Allemagne, où les lecteurs réservent un accueil exceptionnel à notre héros qu’ils considèrent comme un des leurs.

Depuis, il est à noter qu’Astérix s’est fait bien d’autres amis à travers le monde (les aventures sont traduites en 111 langues et dialectes) et ses fans (plus de 355 000 000 d’albums vendus) se comptent par centaines de millions !

Bref c’est le succès, Astérix est devenu incontournable tant pour les enfants que pour les parents qui prescrivent enfin une bd à leurs enfants et à haute dose de surcroît : personne n’avait jamais vu cela avant ! On a souvent demandé aux auteurs quelle était selon eux la raison de ce succès, s’ils avaient une recette ? Aucun des deux n’a jamais su répondre, n’a jamais su quoi dire car ni l’un, ni l’autre ne s’attendait à cela ! En revanche à la question « Où trouvez-vous votre inspiration, vos idées ? René a souvent répondu : « dans la vie quotidienne ! » et de rajouter que c’est souvent « au dernier moment ! » que lui viennent les idées !

Nous sommes à l’heure de l’écriture du Domaine des dieux dans une époque d’après-guerre, riche de tout, les trente glorieuses n’en finissent pas de finir, les projets les plus audacieux prennent formes, on crée, on développe, on invente, on réinvente, on veut voir plus loin, très loin, on cultive le savoir-vivre, on l’exagère même, les limites n’existent pas. Ca fourmille de partout et les promoteurs en font leurs affaires. Les villes s’agrandissent rapidement, on construit des centres commerciaux, la politique s’en mêle… Tous les bons ingrédients sont réunis pour une bonne caricature de notre société, l’aire de jeu préférée de nos deux auteurs facétieux et un peu moqueurs…..mais toujours gentiment.

De plus, mais ce n’est plus un scoop, on a rien inventé : César témoigne dans ses écrits de ses envies d’expansion et décrit ses projets de constructions d’immeubles pour y entasser ses légionnaires et autres peuples vaincus ! Il ne leur en faut pas plus. L’affaire est faite pour René et Albert: ce sera Le Domaine des dieux.

Un album magistral tant dans les textes que dans le dessin. De ses recherches iconographiques, Uderzo réalise une reconstitution époustouflante de la Rome antique. Cette image n’est pas fidèle à la réalité : c’est encore mieux ! Le duo ne veut surtout pas « voler la vedette » des professeurs d’Histoire ! René, lui, parsème l’histoire de quelques dialogues et autres répliques qui deviendront rapidement « cultissimes » : On y apprend notamment qu’il ne faut jamais parler sèchement à un numide etc….On découvre avec empathie la condition des esclaves pour qui le statut n’a pas d’avenir…. On remarque Idéfix et on adhère depuis à ses convictions précurseuses : Il ne faut pas arracher les arbres ! Qu’on se le dise !

Tout au long de leurs 44 planches, les auteurs se font plaisir : ça tombe bien, comme à leur habitude ils partagent cela avec leurs lecteurs.

Pour cette édition spéciale du Domaine des dieux dont la sortie est prévue le 22 octobre 2014 (dans tous les points de vente d’Astérix !), nous vous invitons à découvrir une couverture différente. On trouvera dans ces tirages spéciaux et pour la 1re fois, des notes manuscrites que René Goscinny avait coutume de rédiger après leur première réunion avec Albert Uderzo lorsqu’ils pensaient à une nouvelle histoire, des extraits de son synopsis jamais vus jusqu’à maintenant, sans oublier les dessins réalisés par Albert Uderzo inédits jusque-là, qui illustrent au mot près les indications rigoureusement rédigées par Mr Goscinny. Une première fois aussi pour les dessins préparatoires d’Uderzo en vue des planches à venir, histoire de se caler sur un personnage ou un lieu avant la réalisation finale.

Dans cette même édition spéciale mais en version « luxe » cette fois, vous pourrez relire cette aventure à partir des planches originales, une première ! Et vous vous régalerez des toutes les réalisations graphiques du duo qui non contents de créer leur album, pensaient aussi toutes les publicités qui servaient sa promotion.

Ces éditions spéciales du Domaine des dieux sont vraiment particulières en tous points : Plus qu’un tirage limité, c’est un carton d’invitation pour un voyage dans le temps. L’occasion de redécouvrir cette aventure et de découvrir son Histoire ! Une immersion dans cette époque un peu folle qu’ont connue nos deux auteurs de génie lorsqu’ils sont devenus des auteurs de bande dessinée comme ils en avaient toujours rêvé…. Lorsqu’ils sont devenus les créateurs, entre autre, d’Astérix !

Contact :

Florence RICHAUD - 01 45 00 41 41 - Florence.richaud@editions-albert-rene.com  

Le Domaine des dieux version classique

  • Supplément rédactionnel de 16 pages sur la genèse de l’histoire
  • 9.90 euros
  • 64 pages (contre 48 pages en édition classique)
  • Tirage : 45 000 ex.
  • Sortie nationale, Belgique, Canada, Suisse pays francophones.

Le Domaine des dieux version « luxe »

  • Supplément rédactionnel de 32 pages sur la genèse de l’histoire+ synopsis complet de René Goscinny
  • Les 44 planches originales N&B
  • Les 44 planches couleurs.
  • 35 euros
  • 128 pages.
  • Tirage : 5 000 ex.
  • Sortie nationale, pays francophones.

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription