Résultats semestriels 2007 – Résultat opérationnel courant consolidé : + 34,1 %

Catégorie

Corporate et autres activités, Finance

Paris, le 12 septembre 2007

Résultat opérationnel courant consolidé(1):

  • + 34,1 % sur le 1er semestre 2007
  • + 13,5 % selon les critères retenus pour l’objectif 2007

 

Le Conseil de Surveillance, réuni le 12 septembre 2007, a examiné les comptes consolidés du 1er semestre 2007 de LAGARDERE SCA, présentés par Arnaud Lagardère, Gérant-Commandité, Philippe Camus et Pierre Leroy, Co-gérants.

A effet du 1er janvier 2007, le groupe Lagardère applique l’option offerte par les normes IFRS qui permettent, en tant qu’alternative à l’intégration proportionnelle, d’appliquer aux entités contrôlées conjointement la méthode de la mise en équivalence. Ceci conduit à ne plus consolider la contribution en chiffre d’affaires et en résultat opérationnel courant de ces entités, et en particulier, celle apportée par EADS.
Les chiffres comparatifs présentés sont établis en appliquant rétroactivement cette méthode au 1er semestre 2006.

Principaux éléments :

  • Chiffre d’affaires : croissance de + 6,8 % à 3 955 M€ (+ 1,2 % à données comparables).
  • Forte croissance du résultat opérationnel courant (Resop) de + 34,1 % à + 270 M€. Croissance de
    + 13,5 % pour le pôle Média hors contribution de Lagardère Sports, et selon un taux de change euro/dollar figé à 1,30 ; les bons résultats des activités magazines, distribution et livre ont notamment contribué à cette progression.
  • Contribution de + 335 M€ d’éléments non récurrents / non opérationnels (+ 8 M€ en 2006) composée pour l’essentiel de la plus-value réalisée sur la vente des titres EADS (2,5 %, + 472 M€) diminuée de pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations incorporelles (- 102 M€) ainsi que de charges de restructuration (- 20 M€).
  • Hausse de la charge financière nette (- 105 M€ contre – 64 M€ en 2006), reflet principalement de la politique d’acquisitions du Groupe et des rachats d’actions propres.
  • Forte progression du résultat net consolidé – part du groupe à + 499 M€ (+ 280 M€ en 2006). Hors contribution EADS, le résultat net – part du groupe ajusté des éléments non récurrents et non opérationnels et de l’incidence des ORAPA(2) sur les charges financières s’élève à + 144 M€ (+ 6,7 %).
  • Dette nette bancaire de – 2 775 M€ contre – 2 045 M€ au 31 décembre 2006, une hausse principalement due aux acquisitions (Sportfive, Jumpstart) ainsi qu’aux opérations de rachats d’actions propres partiellement compensées par le remboursement de la première échéance de l’ORAPA EADS.

 

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDE DU GROUPE

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’établit au 30 juin 2007 à 3 955 M€ (contre 3 705 M€ au 1er semestre 2006), en progression de + 6,8 % et de + 1,2 % à données comparables.

Lagardère Publishing (ex branche Livre) – La performance sur le 1er semestre 2007 (897 M€, soit + 10,6 % en données brutes et + 1,7 % à données comparables) est en ligne avec les attentes du Groupe.
A données comparables, Hachette Book Group aux Etats-Unis et les activités d’éducation en France tirent la progression du semestre.

Lagardère Active (ex branches Presse et Lagardère Active) – Performance satisfaisante (1 094 M€, soit – 5,7 % en données brutes et – 0,2 % à données comparables) dans un contexte de marché difficile pour les magazines et la radio en France. L’activité Magazines (80 % des ventes de la branche Lagardère Active) bénéficie d’une légère croissance (+ 1,1 % à données comparables), tirée principalement par les activités russes et chinoises, mais atténuée par les arrêts de titres intervenus dans la période récente. Les ventes Radio en France, pénalisées par le retrait de certains budgets publicitaires de la grande distribution, enregistrent un recul moindre qu’attendu. Les Radios à l’international bénéficient toujours d’une forte croissance. L’activité Production TV poursuit son recul, en raison de baisses de livraisons.

Lagardère Services (ex branche Distribution Services) – Croissance en ligne avec les attentes sur le semestre (1 754 M€, soit + 1,2 % en données brutes et + 1,7 % à données comparables), tirée par les ventes de détail en aéroports ainsi que dans les Pays de l’Est et en Asie. Les activités de grossiste (notamment en Espagne et en Belgique) poursuivent leur recul à un rythme un peu atténué cependant au 2ème trimestre.

Lagardère Sports (Sportfive et Newsweb) – La branche (non consolidée en 2006) enregistre un chiffre d’affaires de 210 M€ sur le semestre en forte croissance avec environ + 31 % de hausse sur la base pro forma 2006 non consolidée, grâce à un très bon début d’année pour Sportfive.

RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES

Sur le 1er semestre 2007, le Groupe Lagardère a généré un résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Resop) de + 270 M€, contre + 202 M€ en 2006, soit une hausse de + 34,1 %.

Le pôle Média, dont le Resop s’élève à + 251 M€ au 30 juin 2007, affiche une progression de + 28,1 % par rapport au 1er semestre 2006. Hors impact de Lagardère Sports (+ 29 M€ de Resop) non consolidé en 2006, sa contribution s’élève à + 222 M€, soit une hausse de + 13,1 %. Enfin hors contribution de Lagardère Sports et selon un taux de change euro/dollar figé à 1,30 (critères retenus pour l’objectif 2007), la progression s’établit à + 13,5 %.

Lagardère Publishing enregistre une performance en ligne avec les attentes. Elle se traduit par une augmentation de + 5,5 % de son Resop qui s’établit à 71 M€. Les contributions de l’éducation et de Larousse en France, des fascicules, et de Hachette Book Group aux Etats-Unis (consolidé depuis avril 2006) font plus que compenser le recul du Resop de la littérature en France et de Orion en Grande-Bretagne.

Lagardère Active réalise une très belle progression avec un Resop en hausse de + 17,3 % à + 106 M€.
L’activité Presse enregistre une hausse particulièrement satisfaisante de + 31,5 % à 62 M€. En dépit de conditions de marché difficiles, le plan de relance de la branche, en avance sur les attentes du groupe à l’international, a d’ores et déjà permis de rattraper une partie du retard enregistré en 2006. A l’exception de la France en léger recul, tous les pays affichent une contribution de leur Resop en hausse. Au-delà des performances des franchises historiques du groupe (magazines féminins, célébrités…), ce résultat est le fruit de la politique de recentrage entamée avec la mise en place d’un nouveau management présidé par Didier Quillot il y a un an. Fondée sur la fermeture de magazines non performants (Zurban, Maximal, Match du Monde, Elle Girl, For Me…), sur la sortie de pays où le groupe ne dispose pas de la taille critique (Norvège…), et d’activités non stratégiques (agences photos), elle se combine à un plan d’économie et progresse à bonne allure. Le plan de développement qui l’accompagne réalise également des avancées satisfaisantes tant en matière de réorganisation managériale et de culture d’entreprise que de déploiement dans les métiers numériques.
Le Resop Radio est en légère progression (+ 42 M€, soit + 0,4 %). Cela reste une performance satisfaisante dans une année de transition d’une partie des budgets grande distribution vers la publicité TV. Le léger recul du résultat des radios en France est ainsi plus que compensé par la solide croissance du résultat du réseau international.
La contribution de l’activité Télévisuelle est en retrait (+ 1 M€ contre + 7 M€ en 2006) principalement en raison de baisses de livraisons de la Production. L’activité Broadband affiche un Resop positif de + 1 M€ à fin juin 2007 à la suite de la mise en équivalence des activités de Cellfish (déficitaires sur le 1er semestre 2006) consécutive à l’entrée d’investisseurs canadiens dans son capital.

Le Resop de Lagardère Services atteint + 45 M€, soit + 16,8 % par rapport au 1er semestre 2006, soutenu par la poursuite de la croissance d’Aelia, par les développements dans les Pays de l’Est et en Asie, et par les efforts de réduction de charges opérationnelles et d’amélioration de la productivité (Espagne).

Le Resop de Lagardère Sports(3) s’élève à + 29 M€ à fin juin 2007, reflétant un bon début d’année marqué par de nombreux matchs amicaux et de pré-qualifications associés à l’Euro 2008, ainsi que par la Coupe du Monde de Handball. La profitabilité opérationnelle de la branche ressort au taux très satisfaisant de + 14 %.

Le Hors-Pôles enregistre un Resop de + 19 M€ (contre + 6 M€ en 2006). Il bénéficie d’un profit lié à la résolution d’un litige passé concernant l’ancienne activité transport de Matra, partiellement compensé par une baisse de la redevance NMPP.

ELEMENTS NON RECURRENTS / NON OPERATIONNELS

Le montant des éléments non récurrents / non opérationnels atteint + 335 M€ (contre + 8 M€ en 2006).
Les principaux éléments composant ce montant sont :

  • – 102 M€ de pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations incorporelles dont
  • – 60 M€ se rapportant à Virgin et – 42 M€ aux activités de presse magazine.
  • – 20 M€ de coûts de restructuration principalement engagés par l’activité magazine.
  • – 24 M€ d’amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions (Canal+ France et Sportfive).
  • + 9 M€ de plus-values de cessions diverses.
  • + 472 M€ de plus-value de cession d’une partie des titres EADS (environ 2,5 % du capital).

 

CONTRIBUTION DES SOCIETES MISES EN EQUIVALENCE

Le résultat des sociétés mises en équivalence est de + 54 M€(3), contre + 211 M€ au 30 juin 2006.

La principale raison de ce recul incombe à la baisse de la contribution de EADS. Celle-ci se réduit de + 163 M€ en 2006 à + 18 M€ sous l’effet des charges liées au lancement de l’A350, au plan Power 8 et au programme A380.

Hors EADS, il s’établit à + 36 M€, contre + 48 M€ au 1er semestre 2006. L’élément marquant de cette évolution est le remplacement de la contribution de CanalSat (+ 32 M€ au 1er semestre 2006) par la quote-part (20 %) des résultats de Canal+ France, soit + 23 M€. La faiblesse des résultats de Canal+ France au 1er semestre 2007 s’explique essentiellement par les charges importantes consécutives à la fusion des plateformes TPS et CanalSat.

Le Résultat avant charges financières et impôts (RACFI) progresse donc de + 56,5 % à + 659 M€.

CHARGES FINANCIERES NETTES

Les charges financières nettes consolidées du 1er semestre 2007 atteignent – 105 M€, contre – 64 M€ au 1er semestre 2006.
Elles se décomposent en :

  • Une charge de – 63 M€ sur le pôle Média (- 30 M€ au 30 juin 2006), dont la progression reflète pour l’essentiel, au-delà de la hausse des taux d’intérêts :

– l’impact des acquisitions réalisées en fin d’année 2006 et durant le 1er semestre 2007 : titres Canal + France, Sportfive, NewsWeb, Jumpstart principalement ;

– les rachats de titres d’autocontrôle qui se sont amplifiés à compter de juillet 2006.

  • Une charge de – 42 M€ dans le Hors-Pôles qui comprend notamment le coût de l’ORAPA EADS sur six mois, contre environ deux mois et demi en 2006.

 

IMPÔTS

Le montant des impôts atteint – 41 M€, à comparer à – 65 M€ en 2006.
Cette charge semestrielle est peu représentative du poids de la charge qui sera enregistrée en fin d’exercice. Elle reflète, sur un semestre, un grand nombre d’évolutions contraires, dont certaines pourraient être temporaires :

  • La hausse de la base fiscale du semestre liée à la croissance du Resop.
  • La réduction de cette même base fiscale (dans une proportion quasi équivalente) sous l’effet des éléments non récurrents / non opérationnels ayant une incidence fiscale (notamment les pertes de valeur sur immobilisations incorporelles).
  • La progression, sur le semestre, des charges financières.

La part des MINORITAIRES dans le résultat net s’élève à + 14 M€ (contre + 12 M€ au 1er semestre 2006).

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le RESULTAT NET CONSOLIDE – PART DU GROUPE s’élève à + 499 M€, contre + 280 M€ au 30 juin 2006.

    

au 30 juin 2006 

au 30 juin 2007 

EN MILLIONS D’EUROS

PÔLE MEDIA

HORS-POLES
ET EADS

TOTAL GROUPE LAGARDERE

PÔLE MEDIA

 HORS-PÔLES
ET EADS

 TOTAL GROUPE LAGARDERE

Chiffre d’affaires

3 705

 

3 705

 3 955

 

3 955

Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Resop)(4)

196

6

202

251

19

270

Eléments non récurrents / non opérationnels

8

 

8

(137)

472

335

Contribution des sociétés mises en équivalence(4)

48

163

211

36

18

54

Résultat avant charges financières et impôts

252

169

421

150

509

659

Charges financières nettes

(30)

(34)

(64)

(63)

(42)

(105)

Impôts

(102)

37

(65)

(53)

12

(41)

Résultat net consolidé

120

172

292

34

479

513

                
dont part des minoritaires

12

0

12

14

0

14

dont Résultat net – part du groupe

108

172

280

20

479

499

(4) Avant amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions

 

RESULTAT NET – PART DU GROUPE AJUSTE (HORS MISE EN EQUIVALENCE DE EADS)

L’évolution du résultat net – part du groupe ajusté, dont le calcul est détaillé ci-dessous, permet une comparaison 2007 versus 2006 pertinente.
Il s’élève en 2007 à + 144 M€, soit une hausse de + 6,7 % reflétant la forte progression du Resop, atténuée en partie par la progression des charges financières non liées aux ORAPA.

 

(M€)

au 30 juin 2006

au 30 juin 2007

Résultat net – part du groupe

280

499

Résultat mis en équivalence d’EADS

(163)

(18)

Amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions – net d’impôt

19

Résultat net avant amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions

117

500

       

Charges de restructurations (nettes d’impôts)

8

18

Résultats de cessions et autres (nets d’impôts)

(16)

(481)

Pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations incorporelles (nettes d’impôt)

78

Incidence des ORAPA sur les charges financières (nettes des produits financiers calculés à taux de marché)

26

29

     
Total des éléments non récurrents net d’impôts

18

(356)

     
Résultat net – part du groupe ajusté hors EADS

135

144

 

SOMME DES FLUX OPERATIONNELS ET D’INVESTISSEMENTS

Au 30 juin 2007, les cash-flows (somme des flux opérationnels et des flux nets d’investissements) s’inscrivent en recul : – 475 M€, contre – 326 M€ en 2006. Cette différence s’explique notamment par (1) un recul des cash-flows opérationnels non entièrement compensé par (2) l’amélioration des flux nets d’investissement.

(1) Les cash-flows opérationnels, – 115 M€ en 2007, sont en recul par rapport à 2006 (+ 115 M€), malgré une hausse sensible du résultat opérationnel courant des sociétés intégrées. Ceci s’explique principalement par :

  • Le poids des charges de restructurations.
  • L’absence de dividendes en provenance de Canal+ France au 1er semestre 2007. Au 30 juin 2006, les versements de dividendes provenant de CanalSat s’élevaient à + 71 M€.
  • L’absence de perception du dividende 2007 de EADS (contre + 80 M€ en 2006).

(2) Les flux nets d’investissements corporels et financiers s’établissent à – 360 M€ au 30 juin 2007 contre – 441 M€ à fin juin 2006. Cette différence s’analyse comme suit :

  • Les investissements corporels et incorporels nets de cessions sont en hausse (- 64 M€ à fin juin 2007, contre – 32 M€ en 2006) reflétant pour l’essentiel l’intégration de Sportfive.
  • Les investissements financiers (- 989 M€, contre – 539 M€ en 2006) sont également en hausse du fait notamment de l’acquisition de Sportfive (- 861 M€) et de Jumpstart (- 65 M€).
  • Mais ces deux éléments sont plus que compensés par le produit des cessions 2007, + 685 M€, reflétant pour l’essentiel l’impact de la vente des titres EADS pour + 664 M€. En 2006, il ne s’élevait qu’à + 131 M€ (cession de Dalloz principalement).

 

ENDETTEMENT

Au 30 juin 2007, la dette nette bancaire s’élève à 2 775 M€, en progression par rapport au 31 décembre 2006 (2 045 M€), ce qui s’explique pour l’essentiel par :

  • L’impact des cash-flows négatifs (- 475 M€) au 1er semestre 2007 décrits dans le paragraphe précédent.
  • L’impact des rachats de titres d’autocontrôle sur la période (- 177 M€).
  • Le versement de dividendes (- 175 M€).
  • Une diminution des placements financiers (- 8 M€).
  • Non compensés par des ajustements qui viennent réduire la valeur de la dette (+ 102 M€) sans incidence sur la trésorerie.

 

Leader international dans le domaine des médias (livre, presse, audiovisuel, distribution de produits culturels, et droits sportifs), le Groupe Lagardère est également présent dans les hautes technologies avec une participation de 12,44 % dans EADS.
Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris – (Eurolist – compartiment A).

(1) Résultat opérationnel courant ou Resop : avant contribution des sociétés mises en équivalence
(2) ORAPA : Obligation Remboursable (en titres EADS) à parité ajustable
(3) Avant amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions

Contact Presse :

Thierry FUNCK-BRENTANO - tél. : 01.40.69.16.34 - e-mail : tfb@lagardere.fr

Contact Relations Investisseurs :

Laurent CAROZZI tél. : 01.40.69.18.02 - e-mail : lcarozzi@lagardere.fr

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription