Résultats du 1er semestre 2009

Catégorie

Corporate et autres activités, Finance

Paris, le 27 août 2009

Les résultats opérationnels à fin juin 2009 confortent la capacité du groupe à respecter ses objectifs annuels

  • Résop consolidé : 186 M€ en baisse de 27,0 %
  • Résop Média hors Active : 172 M€ en hausse de 14,5 % à change constant
  • Résultat net – part du groupeajusté hors EADS : 129 M€ en baisse de 18,9 %
  • Réduction de la dette financière nette de 476 M€ par rapport au 31.12.2008

Les résultats consolidés du 1er semestre 2009 de Lagardère SCA publiés ce jour font ressortir les évolutions suivantes :

  • Recul du chiffre d’affaires de 2,2 % en données brutes à 3720 M€, équivalant à une baisse de 3,5 % à données comparables compte tenu de l’impact des variations de périmètrepour 93 M€ (principalement l’intégration globale de WSG à partir du 1er janvier 2009) partiellement compensé par un impact de change défavorable de 48 M€.
  • Résultat opérationnel courant contrasté suivant les activités. Le résultat opérationnel courant consolidé(1) atteint 186 M€, soit une baisse de 27,0 % qui découle quasi-exclusivement de l’impact de la contraction des ventes publicitaires. En effet, le Résop Média(2) hors Lagardère Active est en hausse de 19,4 % (soit + 14,5 % à change constant) à 172 M€, illustrant une bonne résistance. Cette performance renforce la confiance du groupe quant à sa capacité d’atteindre l’objectif fixé en mars dernier d’un Résop Média 2009 hors Active compris entre une stabilité et une baisse de 10 % à parités de change constantes.
  • Contribution positive moins importante qu’au 1er semestre 2008 des éléments non récurrents – non opérationnels. Bien que toujours positive compte tenu de la plus-value réalisée sur la vente des titres EADS (539 M€), la contribution des éléments non récurrents – non opérationnels est en baisse de 120 M€ par rapport au 1er semestre 2008 en raison de pertes de valeurs plus importantes sur certains actifs incorporels.
  • Amélioration du résultat financier net qui s’établit à – 44 M€ (contre – 79 M€ au 30 juin 2008) eu égard à la réduction des charges attachées à l’ORAPA EADS(3) et à l’impact de la baisse des taux d’intérêt.
  • Le résultat net consolidé – part du groupe s’établit à 318 M€ contre 572 M€ au 1er semestre 2008. Hors contribution EADS, le résultat net – part du groupe ajusté des éléments non récurrents – non opérationnels et de l’incidence des ORAPA sur les charges financières est en baisse de 30 M€ à 129 M€.
  • Diminution de la dette financière nette à 2 143 M€ (contre 2 619 M€ au 31 décembre 2008), le ratio de dette financière nette / Capitaux propres passant de 58,9 % à 50,4 %.


CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDE DU GROUPE

Au 30 juin 2009, le chiffre d’affaires consolidé de Lagardère SCA s’élève à 3 720 M€, soit un recul de 2,2 % en données brutes et de 3,5 % à données comparables.

  • Lagardère Publishing – Croissance très soutenue des ventes à fin juin 2009 avec une hausse de 11,1 % en données brutes et de 11,5 % à données comparables à 1 009 M€. Cette performance s’explique par la forte progression du chiffre d’affaires aux Etats-Unis liée au succès des ouvrages de Stephenie Meyer. La croissance est également significative en Grande-Bretagne, la France et l’Espagne affichant des rythmes de progression moins soutenus compte tenu du poids de l’Education. Les Fascicules, plus sensibles à la conjoncture, enregistrent un repli, à l’exception de l’Allemagne et de l’Italie.
  • Lagardère Active – Baisse de 17,7 % des ventes à données comparables, soit un recul en données brutes de 18,3 % à 831 M€.

    1. Les ventes de la division Magazines sont en baisse de 18,7 % en données brutes (- 18,5 % à données comparables) en raison d’une contraction de 14 % des recettes publicitaires en France et de plus de 25 % à l’International. Le chiffre d’affaires publicitaire enregistre des évolutions peu homogènes par zones géographiques. La diffusion, à périmètre de titres comparables, est en diminution de l’ordre de 5 % avec une amélioration de la tendance sur le second trimestre 2009.

    2. Le chiffre d’affaires de la division Audiovisuelle (Radio et Télévision) est en diminution de 17,1 % en données brutes à fin juin 2009, soit – 15,0 % à données comparables. Comme pour les magazines, l’activité résiste mieux en France – particulièrement Europe 1 – qu’à l’International où la contraction est de plus de 20 %.

    3. Les activités numériques atteignent 7,4 % des ventes de Lagardère Active à fin juin 2009 (contre 6,4 % au 30 juin 2008).

  • Lagardère Services – Baisse du chiffre d’affaires limitée à 2,6 % à données comparables sur le 1er semestre 2009 (soit – 3,7 % en données brutes) à 1 619 M€. Les activités de détail (deux-tiers des ventes de Lagardère Services) sont stables tandis que les activités de distribution de presse sont en baisse de l’ordre de 10 %.
  • Lagardère Sports – Croissance des ventes de 31,9 % en données brutes à fin juin 2009, à 261 M€, soit une baisse de 7,6 % à données comparables. L’écart entre la variation en données brutes et à données comparables découle à hauteur de plus de 80 M€ de la consolidation par intégration globale de WSG à partir du 1er janvier 2009. A fin juin 2009, la non-récurrence de l’activité générée par la Coupe d’Afrique des Nations et l’Euro 2008 n’a été que partiellement compensée par l’impact positif du Championnat du Monde de Handball et les matchs de qualification pour la Coupe du Monde de Football 2010.

On peut noter que hors Lagardère Active, le chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2009 s’élève à  2 889 M€, en hausse de 3,7 % en données brutes, soit 1,7 % à données comparables.

RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES

Sur le premier semestre 2009, Lagardère SCA a généré un résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Résop) de 186 M€, contre 255 M€ au 1er semestre 2008.

Le pôle Média, dont le Résop s’élève à 181 M€, affiche une baisse de 29,2 %. Néanmoins, on peut noter que les évolutions sont très contrastées suivant les branches puisque le Résop Média hors Lagardère Active est en hausse de 19,4 % à 172 M€ (soit + 14,5 % à change constant). Cette évolution illustre la résistance des autres activités du groupe dans un environnement économique pourtant difficile et conforte l’objectif fixé en mars dernier d’un Résop 2009 pour les activités hors Active compris entre une stabilité et une baisse de 10 % à parités de change constantes.

  • Lagardère Publishing enregistre une excellente performance avec une progression de son Résop de 61,1 % à 112 M€, résultat d’autant plus remarquable que le secteur de l’édition est en léger recul sur tous les marchés où il est présent. Cette progression découle largement du succès de la saga Stephenie Meyer aux Etats-Unis ainsi qu’en France, en Grande-Bretagne et en Australie. La baisse de la contribution des Fascicules et plus marginalement de celle de l’Education pèsent sur le Résop à fin juin 2009.
  • Lagardère Active affiche un Résop de 9 M€ contre 112 M€ à fin juin 2008.
    La baisse importante des recettes publicitaires explique en majeure partie cette évolution, la diminution du chiffre d’affaires diffusion ayant un impact nettement moins significatif.

    1. La contraction du Résop d’Active découle pour plus de la moitié d’une baisse de la contribution des Magazines dont la rentabilité s’est fortement détériorée aux Etats-Unis, au Japon et en Espagne.

    2. Au sein de la division Audiovisuelle, la baisse du Résop de la Radio s’explique par la diminution des recettes publicitaires dans un métier de coûts fixes ainsi que par la non récurrence de reprises de provisions sur litiges intervenues en 2008. Concernant la Télévision, on peut noter une amélioration de la contribution des chaînes et une baisse de la contribution de Lagardère Entertainment liée notamment à des décalages de livraisons.

    3. Les plans d’économie de coûts Active 2009 et One Step Further pour lesquels les économies cumulées étaient estimées pour 2009 à 90 M€ se déroulent conformément aux attentes du groupe. A fin juin 2009, Lagardère Active a réduit d’environ 50 M€ ses coûts d’exploitation dans le cadre de ces plans. Rappelons que ces réductions de coût doivent permettre de compenser partiellement l’effet de la baisse des ventes, chaque baisse de 1 % du CA publicitaire ayant un impact de – 8 M€ à – 10 M€ sur le Résop en année pleine et avant toute mesure d’économie.

  • Le Résop de Lagardère Services atteint 27 M€ contre 46 M€ au 1er semestre 2008. Cette baisse s’explique par la réduction des ventes de presse tant pour les activités de détail que pour celles de distribution ainsi que par la baisse du trafic aérien. L’impact des charges liées à l’ouverture de nombreux nouveaux points de vente a également pesé sur la rentabilité. Enfin, la faillite du distributeur américain Anderson a eu pour conséquence une perte nette de près de 5 M€ au 30 juin 2009. En réaction à cet environnement défavorable, un plan d’économie a été lancé dont l’impact sur le Résop 2009 devait être de 25 M€. Ce dernier est dorénavant fixé à 35 M€ dont près de la moitié a été réalisée à fin juin 2009.
  • Le Résop de Lagardère Sportsest en hausse de 12,7 % à 33 M€ à fin juin 2009. L’intégration de WSG a compensé la baisse de la contribution de Sportfive liée à la non récurrence d’événements majeurs tels que l’Euro 2008 et la CAN. Par ailleurs, compte tenu des difficultés rencontrées par certains clients, il a été décidé de provisionner 11 M€ à fin juin 2009 pour risques de non recouvrement de créances.

Le Résop du hors-pôle enregistre une amélioration (+ 5 M€ contre une perte de 1 M€ à fin juin 2008) compte tenu d’une réduction importante des coûts centraux et d’un profit découlant du réglement définitif d’une réclamation dans le cadre du contrat Val de Taïpeh. Rappelons qu’à compter du 1er janvier 2009, Lagardère SCA facture une nouvelle redevance portant sur le droit d’utilisation de marques dont elle est propriétaire. Les comptes 2008 ont été retraités sur une base proforma qui intègre le coût de cette redevance (soit 4 M€ au 30 juin 2008) au sein du pôle Média contrebalancé par un produit équivalent au niveau du hors-pôle.

ELEMENTS NON RECURRENTSNON OPERATIONNELS

Les éléments non récurrents – non opérationnels atteignent 205 M€ contre 325 M€ au 30 juin 2008. En dépit d’une plus-value de cession sur EADS plus importante qu’en 2008, la contribution positive de ce poste se réduit en raison de la prise en compte d’importantes pertes de valeurs sur certains actifs incorporels. Les principaux éléments composant les éléments non récurrents – non opérationnels sont :

  • + 539 M€ de plus-value de cession d’une partie des titres EADS (2,5 % du capital).
  • – 274 M€ de pertes de valeur sur immobilisations incorporelles liées principalement aux magazines américains ainsi qu’aux activités numériques.
  • – 25 M€ d’amortissements d’actifs incorporels liés aux acquisitions.
  • – 33 M€ de coûts de restructuration essentiellement chez Lagardère Active et Lagardère Services.


CONTRIBUTION DES SOCIETES MISES EN EQUIVALENCE

Le résultat des sociétés mises en équivalence s’établit à 85 M€ contre 98 M€(4) au 30 juin 2008. Cette baisse s’explique par la diminution de 18 M€ de la contribution d’EADS. A l’inverse la contribution de Canal + France est en forte hausse (48 M€ contre 30 M€ au 30 juin 2008).

Le Résultat avant charges financières et impôts (RACFI) atteint 476 M€ (contre 678 M€ au 1er semestre 2008), plus des 3/4 de la baisse du RACFI étant imputable à l’augmentation des pertes de valeurs sur immobilisations incorporelles.

CHARGES FINANCIERES NETTES

Les charges financières nettes consolidées du 1er semestre 2009 atteignent – 44 M€ contre – 79 M€ au 1er semestre 2008. Cette nette amélioration découle de la diminution des charges liées à l’ORAPA EADS associée à une baisse des taux d’intérêt.

IMPÔTS

Le montant des impôts à fin juin 2009 atteint – 96 M€ après un niveau au 30 juin 2008 exceptionnellement bas dû principalement à des reprises d’impôts différés passifs constatées à l’occasion de l’enregistrement de pertes de valeurs sur des titres de publications aux Etats-Unis.

Compte tenu de l’intégration globale de WSG détenu à hauteur de 70 %, et malgré la dégradation de la rentabilité de certaines autres filiales du groupe, la part des MINORITAIRES dans le résultat net s’accroît de 14 M€ à 18 M€.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le RESULTAT NET CONSOLIDE – PART DU GROUPE s’élève à 318 M€ contre 572 M€ au 30 juin 2008.

 

au 30 juin 2008 (pro forma)

au 30 juin 2009

EN MILLIONS D’EUROS

Pôle Média

Hors-Pôle
et EADS

Total Groupe
Lagardère

Pôle Média

Hors-Pôle
et EADS

Total Groupe
Lagardère

Chiffre d’affaires

3 804

 

3 804

3 720

 

3 720

Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Résop)(4)

256

(1)

255

181

5

186

Eléments non récurrents – non opérationnels

(141)

466

325

(334)

539

205

Contribution des sociétés mises en équivalence(4)

46

52

98

51

34

85

Résultat avant charges financières et impôts

161

517

678

(102)

578

476

Charges financières nettes

(85)

6

(79)

(41)

(3)

(44)

Impôts

(19)

6

(13)

(115)

19

(96)

Résultat net consolidé

57

529

586

(258)

594

336

 

dont part des minoritaires

14

0

14

18

0

18

dont Résultat net – part du groupe

43

529

572

(276)

594

318

(4) Avant amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions et perte de valeur

RESULTAT NET – PART DU GROUPE AJUSTE (hors mise en équivalence d’EADS)

L’évolution du Résultat net – part du groupe ajusté, dont le calcul est détaillé ci-dessous, neutralise l’incidence nette des éléments non récurrents – non opérationnels, ainsi que la mise en équivalence d’EADS. Il s’élève en 2009 à + 129 M€, soit une baisse de 18,9 %.

(M€)

au 30 juin 2008

au 30 juin 2009

Résultat net – part du groupe

572

318

Résultat mis en équivalence d’EADS

(52)

(34)

Amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions – net d’impôt

28

23

Résultat net hors EADS avant amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions

548

307

Charges de restructurations (nettes d’impôts)

5

22

Résultats de cessions (nets d’impôts)

(453)

(526)

Pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations incorporelles (nettes d’impôt)

 

– Sociétés intégrées

53

316

– Sociétés mises en équivalence

 

4

Incidence des ORAPA sur les charges financières (nettes des produits financiers calculés à taux de marché)

6

6

Total des éléments non récurrents net d’impôts

(389)

(178)

Résultat net – part du groupe ajusté hors EADS

159

129

 

SOMME DES FLUX OPERATIONNELS ET D’INVESTISSEMENTS

Au 30 juin 2009, la somme des flux opérationnels et des flux nets d’investissements s’améliore sensiblement par rapport au 1er semestre 2008 : + 662 M€ contre – 34 M€ au 30 juin 2008.   

Cette évolution s’explique principalement par :

  • Une hausse de 4,9 % de la MBA avant charges financières et impôts à 277 M€. Cette évolution s’explique en particulier par le poids des dépenses de restructurations décaissées au 1er semestre 2008 dans le cadre du plan Active 2009 et par la hausse de la contribution de Lagardère Sports à la MBA.
  • Des flux opérationnels (MBA après charges financières, impôts et variation du BFR) de + 48 M€ (contre – 271 M€ à fin juin 2008). L’évolution favorable du BFR résulte pour chacune des branches de Lagardère Média du retournement des variations négatives temporaires constatées fin 2008 et de la bonne tenue des créances clients.
  • Les flux nets d’investissements dégagent une ressource de 614 M€ contre 237 M€ à fin juin 2008. Le niveau des investissements financiers du groupe sur les 6 premiers mois de l’année 2009 s’est limité à 5 M€, les cessions étant de 675 M€ marquées principalement par le produit de la cession de 2,5 % du capital d’EADS (664 M€).

ENDETTEMENT

Au 30 juin 2009, la dette financière nette s’élève à 2 143 M€, soit un niveau inférieur de 476 M€ à celui affiché au 31 décembre 2008 compte tenu de l’impact :

  • Des cash-flows positifs de 662 M€ au 1er semestre 2009
  • Du versement des dividendes pour – 194 M€.

Le ratio de dette financière nette / Capitaux propres est passé de 58,9 % à 50,4 % illustrant la solidité de la structure de bilan de Lagardère SCA.

Compte tenu de l’évolution des résultats à fin juin 2009, Lagardère confirme ses objectifs de Résop Média fixés en mars 2009 :

Pour Lagardère Active, il est rappelé que :

  • Chaque baisse de 1 % du chiffre d’affaires publicitaire a un impact de – 8 M€ à – 10 M€ sur le Résop en année pleine et avant toute mesure d’économie, auquel s’ajoutent la hausse mécanique de certains coûts d’exploitation (environ 35 M€) et le maintien des efforts de préparation de l’avenir (environ 10 M€).
  • Les réductions de coûts liées aux mesures déjà prises ainsi qu’aux mesures supplémentaires annoncées en mars dernier (One Step Further) devraient avoir un impact positif de 90 M€ en 2009. A fin juin, l’avancement du plan d’économie One Step Further est conforme aux prévisions.

Pour les autres activités, le groupe confirme son objectif de variation du Résop compris entre une stabilité et une baisse n’excédant pas 10 % et ceci compte tenu de parités de change constantes.

(1) Résultat opérationnel courant ou Résop : avant contribution des sociétés mises en équivalence
(2) A compter du 1er janvier 2009 Lagardère SCA facture aux divisions média une redevance portant sur le droit d’utilisation de marques dont elle est propriétaire. Les comptes comparatifs 2008 ont été retraités sur une base pro forma
(3) ORAPA : Obligation Remboursable (en titre EADS) à parité ajustable
(4) Avant amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions et perte de valeur

Contacts Presse :

Thierry Funck-Brentano - tél. 01 40 69 16 34 - tfb@lagardere.fr

Ramzi Khiroun - tél. 01 40 69 16 33 - rk@lagardere.fr

Contact Investisseurs :

Virginie Banet -tél. 01 40 69 18 02 - vbanet@lagardere.fr

Lagardère est un groupe 100 % média (livre, presse, audiovisuel, numérique, travel retail et distribution de presse, économie du sport et droits sportifs) comptant parmi les leaders mondiaux de ce secteur.
Le groupe Lagardère co-contrôle la société EADS dont il détient une participation de 7,5 %. Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris
.

Avertissement :

Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.

Nous vous invitons à vous référer au Document de Référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.

Lagardère SCA n'a aucunement l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l'utilisation qui serait faite de ces déclarations.

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription