Back to top

Résultats annuels 2009

Catégorie

Corporate et autres activités, Finance

Paris, le 10 mars 2010

Résop Média(1) (hors Lagardère Active) supérieur à l’objectif fixé en mars 2009 – Nette diminution de l’endettement
Proposition d’un dividende stable de 1,30 € par action

  • Chiffre d’affaires consolidé : – 4,0 % à données comparables à 7 892 M€
  • Résop consolidé : 461 M€ contre 647 M€ au 31.12.2008
  • Résop Média hors Active : + 1,1 % à 448 M€, soit + 1,6 % à change constant
  • Résultat net – Part du Groupe ajusté hors EADS par action : – 8,3 % à 2,55 €
  • Réduction de la dette financière nette de 795 M€ par rapport au 31.12.2008

Le Conseil de Surveillance, réuni le 10 mars 2010, a examiné les comptes consolidés de l’année 2009 de LAGARDÈRE SCA, présentés par Arnaud Lagardère, Commandité-Gérant, Philippe Camus et Pierre Leroy, Co-Gérants. L’audit de ces comptes est en phase de finalisation par les commissaires aux comptes.

Principaux éléments au 31 décembre 2009 :

  • Baisse limitée à – 3,9 % du chiffre d’affaires consolidé à 7 892 M€, soit – 4,0 % à données comparables. L’effet positif des variations de périmètre (+ 131 M€), lié principalement à l’intégration globale de World Sport Group à partir du 1er janvier 2009, a été compensé par un effet de change défavorable de – 132 M€.
  • Bonne résistance du résultat opérationnel courant consolidé (Résop) Média hors Lagardère Active, en hausse de 1,6 % à change constant à 448 M€, soit un niveau supérieur à l’objectif tel qu’annoncé en mars 2009, compris entre une stabilité et une baisse de 10 %. Le Résop consolidé du Groupe s’établit à 461 M€ (contre 647 M€ au 31.12.2008) compte tenu d’une baisse importante de la contribution de Lagardère Active.
  • Contribution fortement négative des éléments non récurrents / non opérationnels (- 121 M€ contre – 68 M€ en 2008). La plus-value réalisée sur la vente de 2,5 % d’EADS (+ 539 M€) a été plus que compensée par les pertes de valeur sur certains actifs (- 486 M€), les charges de restructuration (- 93 M€) et l’amortissement d’actifs incorporels liés aux acquisitions (- 66 M€).
  • Réduction importante de la charge financière nette (- 82 M€ contre – 176 M€ en 2008) en raison d’une diminution de 795 M€ de la dette financière nette et de l’impact favorable de la baisse des taux d’intérêt.
  • Résultat net consolidé – Part du Groupe à 137 M€ contre 593 M€ en 2008. Hors contribution EADS, le résultat net – Part du Groupe ajusté des éléments non récurrents et non opérationnels et de l’incidence de l’ORAPA – Obligation Remboursable (en titres EADS) à Parité Ajustable sur les charges financières est en baisse de moins de 10 % à 324 M€.
  • Diminution de 795 M€ de la dette financière nette à 1 824 M€. La bonne tenue de la MBA, la variation très positive du BFR et le faible niveau des acquisitions au cours de l’exercice permettent de porter le ratio de dette financière nette / fonds propres à 44,7 % contre 58,9 % au 31 décembre 2008.
  • Proposition d’un dividende inchangé de 1,30 € par action au titre du résultat 2009.

 

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ DU GROUPE

Au 31 décembre 2009, le chiffre d’affaires consolidé de Lagardère SCA s’est élevé à 7 892 M€, soit une baisse limitée à – 3,9 % en données brutes et à – 4,0 % à données comparables.

L’effet positif des variations de périmètre (+ 131 M€), lié principalement à l’intégration globale de WSG à partir du 1er janvier 2009, a été compensé par un effet de change défavorable de – 132 M€.

Les évolutions par branche ont été très contrastées : 1) La chute des recettes publicitaires, le recul des ventes de presse ou encore la baisse du trafic aérien ont impacté négativement les activités de Lagardère Active et de Lagardère Services. 2) Lagardère Sports a souffert de la non récurrence de certains grands événements sportifs et du durcissement des conditions de marché en Europe au second semestre. 3) Seul, Lagardère Publishing a enregistré une activité record grâce au succès international de Stephenie Meyer avec environ 50 millions d’exemplaires de la saga Twilight vendus en 2009.

  • Lagardère Publishing – Performance historique avec une croissance des ventes de + 5,3 % en données brutes, soit + 6,5 % à données comparables, à 2 273 M€. Le succès des ouvrages de Stephenie Meyer explique en particulier la croissance à deux chiffres des ventes aux États-Unis ainsi que le dynamisme du chiffre d’affaires au Royaume-Uni ou en Australie. En France, outre le phénomène Stephenie Meyer, on peut noter le dynamisme des ventes en Littérature Générale.
  • Lagardère Active – Dans un environnement très dégradé, le rythme de baisse des ventes a subi une chute des recettes publicitaires de 24 % en 2009. Le chiffre d’affaires de Lagardère Active a été en baisse de – 18,3 % à données brutes à 1 725 M€ en 2009, soit un recul en données comparables de – 16,6 %. La dégradation a été moins marquée au 4e trimestre 2009 illustrant une inflexion positive pour la première fois depuis le début de l’année.

    – Le chiffre d’affaires de l’activité Magazines (3/4 du chiffre d’affaires de Lagardère Active) a été en baisse de – 17,9 % à données comparables en 2009, soit – 20,1 % en données brutes, s’établissant à 1 271 M€. La performance affichée par la Presse Magazine France a été nettement plus favorable que celle de l’International en baisse de plus de 23 % à données brutes.

    – En Radio et Télévision, le chiffre d’affaires s’est établi à 454 M€, en baisse de – 12,8 % en données brutes, soit – 12,7 % à données comparables. L’évolution dans le domaine de la Radio a été, là encore, plus favorable en France qu’à l’étranger, le réseau à l’International affichant un recul de l’ordre de 20 %. Les chaînes TV et Lagardère Entertainment ont enregistré une baisse limitée à moins de 5 % sur l’année à données comparables.

    – Les activités numériques ont atteint 7,3 % des ventes de Lagardère Active à fin 2009 contre 6,2 % en 2008.

  • Lagardère Services – Baisse des ventes de – 2,3 % en données comparables, soit – 3,2 % en données brutes à 3 387 M€. L’activité de détail a représenté 68,3 % du chiffre d’affaires 2009 (contre 66,3 % en 2008) et a crû de + 0,7 % à données comparables sur l’ensemble de l’année tandis que les activités de distribution ont été en baisse de – 8,1 % (soit – 6,3 % hors fermeture de l’activité en Pologne). Globalement, l’activité a été plus soutenue en France qu’à l’International avec, néanmoins, de fortes disparités par zones géographiques.
  • Lagardère Sports – Croissance du chiffre d’affaires de + 14,2 % en données brutes sur l’année, à 507 M€. À données comparable, la baisse est de – 10,1 %. L’écart entre la variation à données brutes et à données comparables découle essentiellement de la consolidation par intégration globale de WSG à partir du 1er janvier 2009. Lagardère Sports a dû faire face à la non récurrence de l’impact favorable de l’Euro 2008 ainsi que de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). De plus, la dégradation des conditions de marché sur les droits médias en Europe n’a pu être que partiellement compensée par le dynamisme de l’activité en Asie.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT DES SOCIÉTÉS INTÉGRÉES(2)

Le résultat opérationnel courant consolidé (Résop) Média hors Lagardère Active est supérieur à l’objectif fixé par le Groupe en mars 2009 puisqu’il est en progression de 1,6 % à parités de change constantes à 448 M€. Il est rappelé que l’objectif fixé en mars 2009 était compris entre une stabilité et une baisse de 10 %. L’impact des changes a été relativement limité puisque la croissance à données courantes est de 1,1 %.
Malgré cette remarquable résistance, le Résop consolidé est en baisse à 461 M€ contre 647 M€ en 2008 en raison de la chute de la contribution de Lagardère Active liée, principalement, à la dégradation des recettes publicitaires.

Par activité, on peut noter les évolutions suivantes :

  • Lagardère Publishing a enregistré une performance exceptionnelle en 2009 avec une croissance de 24 % de son Résop à 301 M€. Cette progression de 58 M€ sur l’année a découlé en majorité de la hausse de la contribution des États-Unis qui ont bénéficié du succès de la saga de Stephenie Meyer. L’amélioration des bénéfices en France est également à souligner, non seulement pour l’Illustré (Jeunesse, Tourisme, Pratique) avec notamment le succès du dernier album d’Astérix, mais également pour la Littérature Générale avec celui de Dan Brown (Le symbole perdu, Lattès). À noter que la progression du Résop sur le second semestre 2009 a été nettement moins soutenue qu’au premier semestre.
  • Lagardère Active a affiché un Résop de 15 M€ contre 206 M€ en 2008 :

    – Globalement, la détérioration du Résop 2009 de Lagardère Active découle pour l’essentiel de la baisse de 24 % des recettes publicitaires. Il est rappelé que le Groupe avait souligné, début 2009, que chaque baisse de 1 % du chiffre d’affaires publicitaire aurait un impact de – 8 M€ à – 10 M€ sur le Résop en année pleine. La diminution des chiffres de diffusion a eu, en outre, un impact négatif d’une quinzaine de millions, les effets de change et de périmètre ayant, par ailleurs, pesé sur le Résop 2009 à hauteur d’environ 15 M€.

    – Les mesures d’adaptation des coûts ont eu un impact favorable puisque les plans d’économie Active 2009 et One Step Further ont permis de réduire les charges d’exploitation de 100 M€, niveau supérieur aux 90 M€ annoncés en mars 2009.

    – Le Résop de l’activité Presse s’est établi à 4 M€ (contre 111 M€ en 2008) expliquant près de 60 % de la baisse du Résop de Lagardère Active. Toutes les zones géographiques ont eu une contribution positive à l’exception des États-Unis.

    – Le Résop de l’activité Audiovisuel a atteint 11 M€ (contre 95 M€ en 2008). La baisse de la contribution de la Radio liée à une diminution de plus de 15 % du chiffre d’affaires publicitaire explique plus des 2/3 de la baisse du Résop Audiovisuel. La rentabilité de la Radio a mieux résisté en France qu’à l’International pénalisé en particulier par une dégradation des résultats en Russie. Dans le domaine de la Télévision, la non récurrence de reprises de provisions et la hausse du coût de certains programmes de la TNT ont pesé sur l’évolution du résultat.

  • Le Résop de Lagardère Services a atteint 91 M€ contre 125 M€ en 2008. Cette évolution s’explique par le recul des ventes de presse qui a affecté les activités de Distribution et les Relay ainsi que par la baisse du trafic aérien qui a pesé sur les activités de Détail dans les aéroports. Les mesures de réduction de coûts entreprises notamment dans la Distribution ont permis de limiter la baisse du Résop.
  • Le Résop de Lagardère Sports s’est établi à 56 M€ contre 74 M€ en 2008. L’impact favorable de l’intégration de WSG a été compensé par le recul de Sportfive pénalisé par une dégradation des conditions de marché en vente de droits médias en Europe et par l’absence d’événements tels que la CAN et l’Euro 2008. Par ailleurs, Lagardère Sports a provisionné des risques de non recouvrement de créances pour un montant supplémentaire de 10 M€ par rapport à 2008.

Le Hors Pôles affiche un Résop de – 2 M€ quasiment stable par rapport à 2008 (- 1 M€).

ÉLÉMENTS NON RÉCURRENTS / NON OPÉRATIONNELS

Les éléments non récurrents / non opérationnels atteignent – 121 M€ en 2009, contre – 68 M€ en 2008 et se décomposent de la façon suivante :

  • – 451 M€ de pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations corporelles et incorporelles des sociétés intégrées, dont – 148 M€ concernent la Presse Magazine aux États-Unis et – 103 M€ les activités numériques déjà comptabilisées au 30 juin 2009, auxquels s’ajoutent – 150 M€ portant sur l’écart d’acquisition enregistré en 2000 à la suite de l’offre publique d’échange sur les actions Hachette Filipacchi Médias.
  • – 35 M€ de pertes de valeur sur les titres mis en équivalence dont – 31 M€ sur Marie-Claire.
  • – 93 M€ de charges de restructuration, dont – 61 M€ chez Lagardère Active.
  • – 66 M€ d’amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions (essentiellement Sportfive et Canal + France).
  • + 524 M€ de plus-values de cession nettes, dont + 539 M€ proviennent de la cession de 2,5 % du capital d’EADS.

CONTRIBUTION DES SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE(3)

La contribution des sociétés mises en équivalence s’est élevée à + 29 M€, contre + 246 M€ à fin décembre 2008. Cette baisse importante résulte de la diminution de la contribution d’EADS qui est passée de + 171 M€ en 2008 à – 49 M€ en 2009.

Hors EADS, le résultat des sociétés mises en équivalence s’établit à + 78 M€, contre + 75 M€ en 2008 compte tenu d’une progression de près de 20 % de la contribution de Canal + France.

Le Résultat avant charges financières et impôts s’établit à 369 M€ contre 825 M€ en 2008.

CHARGES FINANCIÈRES NETTES

Les charges financières nettes consolidées en 2009 se sont fortement réduites à – 82 M€, contre – 176 M€ en 2008 compte tenu :

  • D’une baisse de – 28 M€ des charges financières supportées au titre des ORAPA EADS.
  • D’une réduction de – 66 M€ des frais financiers nets découlant pour l’essentiel de la baisse des taux d’intérêt.

Le Résultat avant impôts atteint 287 M€ contre 649 M€ en 2008.

IMPÔTS

La charge d’impôt a atteint – 123 M€ après un niveau 2008 exceptionnellement bas dû principalement à des reprises d’impôts différés passifs constatées à l’occasion de l’enregistrement de pertes de valeur sur des titres de publication aux États-Unis. À l’inverse, certaines pertes de valeur comptabilisées en 2009 ne générent pas d’économie d’impôt.

La part des MINORITAIRES dans le résultat net s’est élevée à + 27 M€ (contre + 34 M€ en 2008).

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ – PART DU GROUPE a atteint 137 M€ contre 593 M€ à fin décembre 2008.

 

EN MILLIONS D’EUROS au 31 décembre 2008 au 31 décembre 2009
  PÔLE MEDIA HORS-PÔLES ET EADS TOTAL GROUPE LAGARDERE PÔLE MEDIA HORS-PÔLES
ET EADS
TOTAL GROUPE LAGARDERE
Chiffre d’affaires

8 214

 

8 214

7 892

 

7 892

Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Résop) 648 (1)

647

463 (2)

461

Eléments non récurrents / non opérationnels    (536) 468

(68)

(657)

536

(121)
Contribution des sociétés mises en équivalence

75

171

246

78

(49)

29

Résultat avant charges financières et impôts

187

638

825

(116)

485

369

Charges financières nettes    (189) 13 (176) (71)

(11)

(82)
Impôts (34)

12

(22) (175)

52

(123)
Résultat net consolidé total

(36)

663

627

(362)

526

164

dont part des minoritaires 34

 

34

27

 

27

dont Résultat net – Part du Groupe

(70)

663

593

(389) 526

137

RÉSULTAT NET – PART DU GROUPE AJUSTÉ (HORS MISE EN ÉQUIVALENCE DE EADS)

Le résultat net – Part du Groupe ajusté dont le calcul est détaillé ci-après s’est élevé en 2009 à + 324 M€, en baisse de 9,5 % par rapport à 2008 (+ 358 M€). Par action, il s’est élevé à 2,55 € (contre 2,78 € en 2008), soit une diminution de 8,3 %.

 

(M€) au 31 décembre 2008 au 31 décembre 2009
Résultat net – part du groupe 593 137

Résultat mis en équivalence d’EADS

(171) 49

Amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions – net d’impôt

53 54
Résultat net hors EADS avant amortissements des actifs incorporels liés aux acquisitions 475 240
Charges de restructurations (nettes d’impôts)  29 70
Résultats de cessions (nets d’impôts) (460) (513)
Pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations incorporelles (nettes d’impôt)    
– Sociétés intégrées 225  486
– Sociétés mises en équivalence 90 35

Charges financières ORAPA – nettes des produits financiers calculés à taux de marché)

(1) 6
Résultat net – Part du Groupe ajusté hors EADS 358 324

SOMME DES FLUX OPÉRATIONNELS ET D’INVESTISSEMENTS

La somme des flux opérationnels et des flux nets d’investissements est passée de + 275 M€ en 2008 à + 986 M€ en 2009 en raison :

  • D’une bonne tenue de la Marge Brute d’Autofinancement à 655 M€, en dépit du recul important de la contribution de Lagardère Active. Cette performance s’explique par les excellents résultats de Lagardère Publishing et de World Sport Group (WSG) au sein de Lagardère Sports.
  • D’une variation positive de 127 M€ liée à l’amélioration du Besoin en Fonds de Roulement (contre une variation négative de 141 M€ en 2008) qui s’explique par le retournement d’éléments négatifs provisoires intervenus fin 2008 et par la mise en œuvre de plans d’actions spécifiques au cours de l’exercice 2009.
  • La baisse des frais financiers ainsi que celle des impôts décaissés permettent, en outre, au Groupe d’afficher des flux opérationnels en très nette amélioration à 552 M€ (contre + 198 M€ en 2008).
  • La constatation de la cession des derniers 2,5 % du capital d’EADS associé à l’ORAPA, ainsi que le faible niveau des investissements financiers en 2009 permettent au Groupe de dégager un flux net d’investissements positif de 434 M€.

ENDETTEMENT

Au total les flux opérationnels et d’investissements atteignent 986 M€ au cours de l’exercice. Ce montant a permis de réduire l’endettement financier net de 795 M€ pour atteindre 1 824 M€, tout en maintenant le paiement de dividendes inchangé pour un montant de 202 M€.

Le ratio de dette financière nette / fonds propres est passé de 58,9 % à 44,7 %, niveau illustrant la solidité de la structure de bilan de Lagardère SCA.

DIVIDENDE

La Gérance a décidé de proposer à l’Assemblée Générale des Actionnaires la distribution d’un dividende de 1,30 € par action, inchangé par rapport à celui versé au titre du résultat 2008.

 

(1)Résultat opérationnel courant ou Résop : avant contribution des sociétés mises en équivalence
(2)À compter du 1er janvier 2009, Lagardère SCA facture aux divisions Média une nouvelle redevance portant sur le droit d’utilisation de marques dont elle est propriétaire. Les comptes 2008 ont été retraités sur une base proforma incorporant une charge additionnelle dans le pôle Média de 9 M€ contrebalancée par une amélioration d’égal montant du Résop du Hors pôle.
(3)Hors amortissement des incorporels liés aux acquisitions et pertes de valeur

Contacts Presse

Thierry Funck-Brentano - tél. 01 40 69 16 34 - tfb@lagardere.fr

Ramzi Khiroun - tél. 01 40 69 16 33 - rk@lagardere.fr

Contact Relations Investisseurs

Virginie Banet - tél. 01 40 69 18 02 - vbanet@lagardere.fr

Lagardère est un groupe 100 % média (livre, presse, audiovisuel, numérique, travel retail et distribution de presse, économie du sport et droits sportifs) comptant parmi les leaders mondiaux de ce secteur.
Le groupe Lagardère co-contrôle la société EADS dont il détient une participation de 7,5 %. Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris.

Avertissement :
Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.
Nous vous invitons à vous référer au Document de Référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.
Lagardère SCA n'a aucunement l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l'utilisation qui serait faite de ces déclarations.

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription