Résultats annuels 2006 de Lagardère SCA : +7,0 %

Catégorie

Corporate et autres activités, Finance

Paris, le 12 mars 2007

Progression de + 7,0 % du résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (RESOP) du pôle Media

Progression de + 4,8 % du RESOP cible du pôle Media (Hors impacts Dalloz et TWBG, investissements TNT, et à taux de change €/$ : 1,25)

Recul de – 35,4 % du RESOP de LAGARDERE SCA (y.c. EADS à+ 39 M€) à 578 M€

Le Conseil de Surveillance, réuni le 12 mars 2007, a examiné les comptes consolidés de l’année 2006 de LAGARDERE SCA, présentés par Arnaud Lagardère, Gérant-Commandité, Philippe Camus et Pierre Leroy, Co-gérants.

Principaux éléments au 31 décembre 2006 :

  • Chiffre d’affaires du pôle Media : croissance de + 2,4 % à 8 092 M€ (+ 0,9 % à données comparables).
  • Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Resop) du pôle Media : croissance de + 7,0 % à 539 M€. Hors impacts de la cession de Dalloz et de l’acquisition de Time Warner Book Group, hors investissements TNT, et à taux de change €/$ de 1,25, la progression s’établit à + 4,8 %, en ligne avec l’objectif de « + 3 % à + 7 % » indiqué en mars 2006.
  • Recul du résultat net consolidé part du groupe de LAGARDERE hors EADS (268 M€ contre 404 M€ à fin 2005) sous l’effet d’éléments non récurrents (en 2005 et en 2006) et de la charge financière 2006 liée à l’ORAPA EADS. Retraité de ces éléments, le résultat net pdg ajusté hors EADS est en progression de + 5 % à 378 M€.
  • Flux générés par l’activité (cash-flow d’exploitation) de LAGARDERE hors EADS : hausse de près de + 20 % à 782 M€ versus 654 M€ en 2005, grâce notamment au versement d’un dividende exceptionnel de CanalSat (102 M€ contre 27 M€ en 2005). Progression de + 8 % hors cet impact exceptionnel, mettant en évidence la capacité du Groupe à compenser les difficultés rencontrées par la division Presse.
  • Endettement net hors EADS à 2 023 M€ à fin 2006 contre 1 075 M€ en 2005. Cette hausse du levier financier sur le bilan est liée, entre autres, à l’impact des acquisitions de Time Warner Book Group, de titres Canal+ France, de NewsWeb, ainsi qu’à la politique de rachat de titres Lagardère SCA.
  • Proposition d’un dividende de 1,20 € par action au titre du résultat 2006, à comparer à 1,1 € versé au titre du résultat 2005.

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDE DU GROUPE

Le chiffre d’affaires consolidé de LAGARDERE SCA progresse de + 7,6 % à 13 999 M€ (contre 13 013 M€ en 2005).

  • Progression de + 0,9 % du chiffre d’affaires du pôle Media à données comparables

Le chiffre d’affaires de Lagardère Media s’élève à 8 092 M€, en hausse de +0,9 % à données comparables.

La division Livre enregistre une année de croissance solide avec une hausse de ses ventes à données comparables de + 1,8 %, limitée par le recentrage effectué sur les programmes éditoriaux de Larousse en France et de Octopus au Royaume-Uni. Par ailleurs, Hachette Livre bénéficie en 2006 de la consolidation sur neuf mois de Time Warner Book Group (+ 336 M€). La division Presse recule de – 1,2 % à données comparables sous l’effet combiné des fermetures de titres et de la faiblesse de certains segments (masculins, automobile). La division Distribution croît de + 1,9 % à données comparables : le recul des activités à faible marge (vente de tabac en Espagne, distribution de presse en Belgique) est plus que compensé par la vive progression des secteurs à marge plus importante (dans les aéroports, ainsi que dans les pays de l’Est et en Asie). Enfin, les activités de Lagardere Active ont réalisé une année meilleure qu’attendue, avec un recul des ventes à données comparables limité à – 0,9 %, en dépit d’une base de comparaison 2005 très élevée.

  • Contribution d’EADS au chiffre d’affaires consolidé en hausse de + 15,5 % à 5 907 M€

Avec un chiffre d’affaires de 25,2 Mds d’euros en hausse de + 14 %, Airbus profite de livraisons record : 434 appareils ont été livrés sur l’année 2006, contre 378 pour la même période de l’année précédente, cette augmentation provenant essentiellement des monocouloirs de la famille A320.
La croissance des Avions de Transport Militaire de + 188 % est principalement soutenue par les progrès du programme A400M, y compris une facturation d’étape initialement prévue en fin 2005 et renvoyée au premier trimestre de 2006.
Eurocopter bénéficie de la forte croissance des livraisons ; 381 hélicoptères ont été livrés en 2006 contre 334 en 2005, ce qui contribue à une progression du chiffre d’affaires de + 18 %.
Astrium profite de la croissance de la production du lanceur Ariane 5 et des avancées des nouvelles activités services pour inscrire un chiffre d’affaires en hausse de + 19 %.

RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES PAR POLE (RESOP)

  • Progression du RESOP (hors impacts Dalloz et TWBG, investissements TNT, et à taux de change €/$ de 1,25) du pôle Media de + 4,8 %

Le pôle Media, dont la contribution s’élève à 539 M€ (+ 7,0 %), affiche une progression, hors impacts de la cession de Dalloz et de l’acquisition de TWBG, investissements TNT, et à taux de change €/$ de 1,25, de + 4,8 % par rapport à l’année 2005.

La marge opérationnelle (Resop/CA) du pôle Media en données courantes passe de 6,4 % en 2005 à 6,7 % en 2006, en dépit de la contre-performance de la presse et du surcroît d’investissements TNT.

La division Livre réalise une bonne performance avec un Resop de + 220 M€, en hausse de + 16,6 %. Elle a bénéficié de la contribution de Time Warner Book Group sur neuf mois (+ 33 M€ apportés au Resop consolidé 2006, nets de 3 M€ de frais centraux). En revanche, elle n’inclut plus celle de Dalloz (Resop 2005 de + 10 M€), cédé en début d’année. Une fois de plus, les fascicules ont connu une année de croissance sensible, tirée notamment par les activités en Espagne et en Italie. L’Education s’est révélée également un des segments les plus performants en France et en Espagne (Anaya). Enfin, la Distribution en France et Hodder Headline ont participé de façon sensible à la hausse du Resop. Inversement, Larousse en France et à l’international, Octopus et Orion (Royaume-Uni) sont en retrait par rapport à 2005. Au total, le taux de marge d’exploitation s’élève à 11,1 % (à comparer à 11,5 % en 2005). Ce recul attendu s’explique par l’intégration de Time Warner Book Group et par l’impact de la cession de Dalloz. Hors ces deux opérations, la marge opérationnelle sous-jacente progresse de + 0,2 %.

Lagardere Active dégage à nouveau en 2006 un Resop record de 71 M€ contre 47 M€ en 2005 (+ 53 %), malgré un investissement dans la TNT de – 19 M€ contre – 7 M€ en 2005. La marge d’exploitation dégagée progresse nettement de + 7,5 % en 2005 à + 12,1 % en 2006. En radio, le réseau international, notamment grâce à la Russie, et Europe 1 expliquent la hausse du Resop (+66 M€ en 2006 contre + 46 M€ en 2005). RFM, malgré une bonne fin d’année au niveau des ventes, est en léger recul, tout comme Europe 2. Le Résultat des activités de Production et Distribution de programmes TV, comme anticipé, est en recul en raison d’une comparaison avec un niveau de Resop 2005 exceptionnel. Mais ce recul est moindre qu’attendu, du fait d’une solide progression de la Production de Stock. La contribution des chaînes thématiques est à peu près inchangée, les bons résultats des chaînes musicales notamment et la fin des pertes sur Match TV (fermé à l’été 2005) compensent le supplément d’investissements sur la TNT. Au total, le Resop TV recule seulement de – 2 M€ par rapport à 2005, à + 8 M€.

HDS voit son Resop atteindre 116 M€, soit une hausse de + 8,4 %. La performance française est une fois de plus excellente, tirée par Aelia. Les activités américaines et asiatiques réalisent également une très bonne année. La Belgique est restée en retrait à nouveau sur l’exercice, tandis que la croissance des pays de l’Est et des activités dans la zone Asie Pacifique est toujours soutenue.

La division Presse atteint un Resop de 132 M€, en retrait, comme annoncé, par rapport à 2005 (- 18,5 %).
Sur la France, la décroissance du Resop (en ligne avec le recul enregistré sur la division) s’explique par :

– la faible performance des masculins Entrevue et Choc !,
– la poursuite du lent repli de Télé 7 Jours,
– une moindre contribution de Paris Match après une forte année 2005,
– une hausse des investissements Internet.

En revanche, les titres Public et Psychologies continuent leur progression.

Les Etats-Unis connaissent également un fort recul du Resop (à un taux supérieur à celui de la division) : les masculins sont en cause (échec du lancement de Shock), mais également Woman’s Day, les magazines de décoration et les magazines automobiles.
La contribution de la Presse Régionale est pour sa part pénalisée par les coûts de la grève à Corse Matin, la faiblesse de la diffusion de certains titres, ainsi que par les charges de développement (nouvelle rotative, changement de formats…).

Dans les autres pays, hors pays émergents (Russie) toujours en croissance, les contributions sont stables dans l’ensemble. Le Royaume-Uni enregistre une bonne progression du fait du succès de Psychologies, conjuguée aux premiers effets des restructurations engagées.
Enfin, il faut noter la bonne tenue des ventes (diffusion et publicité) des magazines féminins haut de gamme, Elle en tête, sur l’ensemble de nos marchés, y compris aux Etats-Unis.

  • EADS – Baisse de sa contribution au Resop consolidé de LAGARDERE : + 39 M€ contre + 392 M€ en 2005

La contribution au résultat opérationnel d’EADS en 2006 a diminué brutalement, s’établissant à + 39 M€ (contre + 392 M€ en 2005).
Des charges exceptionnelles liées aux retards de livraison de l’A380, au lancement de l’A350 XWB, une provision relative à l’A400M, et les pertes de EADS Sogerma Services ont contribué à ce retournement.
Elles se sont combinées à la détérioration des conditions de change du dollar US contre l’Euro, et à l’augmentation des frais de recherche et développement chez Airbus.
Toutefois, l’augmentation des volumes de livraisons d’Airbus et d’Eurocopter à un niveau record, la croissance des activités spatiale et de défense ont permis de compenser partiellement ces mauvais résultats.

Au total, pour LAGARDERE SCA, le Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées consolidé s’élève à + 578 M€ (contre + 896 M€ en 2005).

RESULTAT DES SOCIETES MISES EN EQUIVALENCE

Il s’établit, pour LAGARDERE hors EADS, à + 68 M€, contre + 63 M€ en 2005.
Cette progression s’explique par la nouvelle amélioration de la contribution de CanalSat (+ 52 M€ à comparer à + 45 M€ en 2005).

ELEMENTS NON-RECURRENTS

Ils s’élèvent à – 40 M€ pour LAGARDERE hors EADS. Ils se décomposent en une perte de – 54 M€ sur le pôle Media et un gain de + 14 M€ sur le hors-pôles.

Les – 54 M€ sur Lagardère Media s’analysent comme suit :

  • – 42 M€ de coûts de restructuration dont – 31 M€ liés à la division Presse (pour l’essentiel sur la France, les Etats-Unis et l’Angleterre),
  • – 31 M€ de pertes de valeur (charges comptables n’entraînant pas de décaissement) principalement sur certains titres de presse américains,
  • des produits pour 19 M€, essentiellement constitués de plus-values de cession.

Le produit de + 14 M€ sur le hors-pôles s’explique pour l’essentiel par la cession d’un bâtiment en région parisienne.

RESULTAT FINANCIER

Le résultat financier de LAGARDERE SCA atteint – 192 M€ (contre – 76 M€ en 2005).
Hors contribution EADS, le résultat financier s’élève à – 174 M€ (- 53 M€ en 2005).

Cette hausse des charges financières nettes s’explique par :

  • une moins-value de – 15 M€ enregistrée lors de l’échange, en juillet 2006, des titres T-Online en titres Deutsche Telekom,
  • les frais financiers relatifs à la progression de la dette nette du Groupe sous l’effet des investissements (Time Warner Book Group, Canal+ France, Newsweb) et du programme de rachat d’actions dans un contexte de légère hausse des taux moyens d’intérêt,
  • une charge de – 80 M€ correspondant aux frais financiers nets, liée à l’ORAPA EADS ainsi qu’à l’amortissement du produit dérivé de couverture (collar) qui y est associé.

IMPOTS

Sur l’ensemble du Groupe, le montant des impôts atteint – 85 M€ (dont + 12 M€ imputables à EADS).
La charge s’imputant à LAGARDERE hors EADS est de – 97 M€, soit un taux d’environ 30 % du résultat avant impôt (et excluant le résultat des sociétés mises en équivalence).

La part des MINORITAIRES dans le résultat net s’élève à – 30 M€, dont – 2 M€ sont imputables à EADS.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le résultat net consolidé – part du groupe s’établit à + 291 M€ contre + 670 M€ en 2005.

Le résultat net – part du groupe de LAGARDERE hors EADS s’élève à + 268 M€, à comparer à + 404 M€ en 2005.

EN MILLIONS D’EUROS 2005 2006
GROUPE LAGARDERE HORS EADS EADS TOTAL GROUPE LAGARDERE GROUPE LAGARDERE HORS EADS EADS TOTAL GROUPE LAGARDERE
Chiffre d’affaires 7 901 5 112 13 013 8 092 5 907 13 999
 
RESOP 504 392 896 539 39 578
 
Eléments non-récurrents (67) (3) (70) (40) (31) (71)
 
Contribution des sociétés mises en équivalence 63 31 94 68 23 91
 
Résultat avant charges financières et impôts (RACFI) 500 420 920 567 31 598
 

Charges Financières nettes

Impôts sur les résultats

(53)

(16)

(23)

(126)

(76)

(142)

(174)

(97)

(18)

12

(192)

(85)

 
Résultat net consolidé 431 271 702 296 25 321
           
 
Part des minoritaires (27) (5) (32) (28) (2) (30)
 
Résultat net-part du groupe 404 266 670 268 23 291

Calcul du résultat net ajusté

En millions d’Euros 2005 2006
Résultat net – part du groupe hors EADS 404 268
 
Incidence de l’opération ORAPA sur les charges financières 80
 
Eléments non-récurrents liés à l’impôt (99)
 
Moins-value d’échange titres T-Online / Deutsche Telekom 15
 
Total 305 363
 
Pertes de valeur sur immobilisations corporelles et incorporelles (net d’effet impôts) 55 15
 
Résultat net – part du groupe ajusté – hors EADS
(avant pertes de valeur sur immobilisations corporelles et incorporelles)

360

378

FLUX DEGAGES PAR LES OPERATIONS

Au 31 décembre 2006, la somme des flux opérationnels et d’investissements dégagée par LAGARDERE hors EADS passe de + 857 M€ en 2005 à – 465 M€ en 2006, signe d’une politique d’investissement active sur l’année.

Les différentes composantes de cette évolution sont détaillées ci-dessous :

  • La Marge Brute d’Autofinancement (MBA) pour la partie hors EADS progresse fortement de + 16 % à + 770 M€. Cette progression est le produit:

    – d’une hausse de la génération de cash-flows récurrents de l’ensemble média,
    – de l’apport de cash-flow lié à l’intégration sur 9 mois de Time Warner Book Group,
    – de l’impact du dividende versé par CanalSat (+ 102 M€ contre +27 M€ en 2005).

  • La variation de BFR est positive à + 12 M€ à comparer à – 9 M€ en 2005. Elle est tirée par les contributions des divisions Livre, Distribution et Active qui font plus que compenser l’augmentation du BFR de la presse (- 38 M€). Au total, la progression des flux générés par l’activité (somme de la MBA et de la variation du BFR) progresse de près de + 20 % en 2006.
  • Les investissements corporels et incorporels nets de cession et hors EADS reculent sensiblement de – 150 M€ en 2005 à – 113 M€ en 2006, principalement en raison d’une cession d’actif chez Hodder Headline.
  • En 2006, les investissements financiers nets de cession et hors EADS s’établissent à – 948 M€, reflétant la politique d’acquisitions du Groupe. Les trois principales opérations ont été Time Warner Book Group (environ -404 M€), de titres Canal+ France (- 469 M€, montant à rapprocher du versement de dividende par CanalSat de + 102 M€ évoqué précédemment), et NewsWeb (- 64 M€). La cession de Dalloz est venue partiellement compenser ces décaissements.

ENDETTEMENT : HAUSSE DU LEVIER FINANCIER

Au 31 décembre 2006, la dette nette bancaire s’élève à – 1 532 M€, en hausse par rapport à fin décembre 2005 (- 863 M€).
Hors EADS, la dette nette s’élève à – 2 023 M€, contre – 1 075 M€ à fin 2005.
Cette hausse de l’endettement net reflète notamment les acquisitions effectuées au cours de l’année (Time Warner Book Group, titres Canal+ France, NewsWeb) détaillées ci-dessus.
Elle prend également en compte les rachats de titres Lagardère SCA (environ – 260 M€ à fin 2006), le versement du dividende net des dividendes perçus (-103 M€), et l’incidence de mise à la juste valeur de la dette financière pour environ – 110 M€.
L’acquisition de Sportfive n’est pas incluse dans la dette à fin 2006, l’opération s’étant conclue à la fin janvier 2007.
L’impact de l’émission de l’ORAPA EADS (hors collar) est neutre sur la dette consolidée à fin 2006.

DIVIDENDE

La Gérance a décidé de proposer à l’Assemblée Générale des Actionnaires la distribution d’un dividende de 1,20 € par action, à comparer au dividende de 1,10 € versé au titre du résultat 2005. Cette proposition reflète la bonne santé financière ainsi que la confiance de LAGARDERE SCA en ses performances futures.

Leader dans le domaine des médias (livre, distribution de produits culturels, presse et audiovisuel), le Groupe LAGARDERE est également présent dans les hautes technologies grâce à une participation de 14,98 % dans EADS.

Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris – (Eurolist – compartiment A).

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription