Lancement du premier numéro de ELLEgirl

Catégorie

Archives Lagardère Active

Paris, le 28 août 2001

Son créateur, Hachette Filipacchi Magazines (HFM U.S.), a la ferme conviction que ce nouveau magazine cible un marché largement sous-exploité.
Pour ses lectrices, jeunes filles sophistiquées et soucieuses de leur apparence, Internet n’a pas de secrets ; conscientes de faire partie d’une communauté internationale, elles réagissent aux tendances mode et beauté plus rapidement que jamais.

Aux Etats-Unis, cette population dynamique, de 24 millions de personnes en 2000, devrait dépasser les 34 millions en 2010. Le marché américain n’a jamais connu groupe de consommateurs plus nombreux que celui des adolescents d’aujourd’hui.

ELLEgirl s’adresse aux lectrices de 12 à 17 ans, en privilégiant les plus âgées d’entre elles. Celles-ci ont probablement déjà voyagé à l’étranger, connaissent et achètent des marques internationales telles que les jeans Diesel, surfent sur le Web et observent les tendances diffusées par une multitude de sources médiatiques. Elles rejettent catégoriquement ce que les milieux publicitaires américains appellent le ton bubble gum qui, dans une surabondance de superlatifs, les abreuve d’anecdotes sur la dernière pop star à la mode ou de stratagèmes pour séduire les garçons. Semblables sujets ne les intéressent pas le moins du monde, elles qui se considèrent indépendantes, culturellement à la page et en bonne voie vers l’achèvement de leur personnalité.

 » Nous voulons que ce magazine soit un reflet de l’esprit de ELLE axé sur la jeune génération « , explique François Vincens, directeur de rédaction adjoint de ELLE.  » Sa position sur le marché des adolescentes correspondra clairement à celui de ELLE sur celui de leurs aînées. « 

Brandon Holley, rédactrice en chef de ELLEgirl, développe cette idée :  » Le style et l’esprit recherchés qui caractérisent ELLE se traduisent parfaitement à l’intention d’un lectorat plus jeune. Le succès mondial de notre titre est extrêmement parlant pour une jeune fille qui a grandi entre Internet et des centaines de chaînes câblées lui ouvrant les portes d’un monde passionnant et infini. « 

L’envergure internationale du magazine est l’un des éléments qui le différencient de ses concurrents. Puisant dans les ressources des trente-cinq éditions de ELLE, ELLEgirl reflète les idées et le style vestimentaire des vraies ados, de l’Australie aux Etats-Unis en passant par l’Argentine. L’une des rubriques de la publication, intitulée  » Global Girl « , présente des photographies de jeunes filles de tous les pays dans leur cadre familier : à la sortie du lycée, lors des sorties entre amies, etc.

Cette volonté d’unir les nations par l’intermédiaire de la mode ne s’arrête pas à la mise sous presse : véritablement interactif, ELLEgirl est le premier magazine pour ados à avoir ouvert un site Web avant son lancement officiel.

Depuis juin, ELLEgirl.com poursuit deux objectifs : d’une part, saisir les réactions des lectrices avant l’impression du numéro à paraître et, d’autre part, créer une communauté en ligne réunissant des jeunes filles du monde entier.

Nourri des réactions récoltées via le Web, ELLEgirl ressemble au monde à la pointe du progrès dans lequel naviguent les jeunes filles d’aujourd’hui.

Ainsi, le choix de son titre a lui-même donné lieu à des débats interactifs. Alors que les féministes des années 1970 auraient sans doute protesté à l’idée d’être traitées de  » girls « , un sondage en ligne organisé par le magazine indique que les adolescentes du XIXe siècle réagissent autrement.
Pour elles, le terme de  » fille  » est  » plus branché, plus jeune et plus frais  » que le nom d’ « ado  » habituellement employé.

ELLEgirl se distingue de ses rivaux par un autre facteur clé : l’importance qu’il accorde à la mode et à la beauté. Avec 60 % de contenus consacrés à ces deux thèmes (présentés dans le style sobre et dépouillé auquel ELLE doit son succès), ELLEgirl se place nettement au-dessus des autres. En outre, le ton du magazine est marqué au coin d’un bon sens teinté de gaieté et d’humour.

La ligne éditoriale, quant à elle, s’attache à présenter une mode accessible et abordable pour la tranche d’âge concernée, tout en l’accompagnant, comme dans ELLE, de conseils professionnels.

A cet égard, François Vincens précise :  » Une catégorie de consommateurs qui dépense 155 milliards de dollars par an, dont 30 millions en habillement et en produits de beauté, est forcément en quête d’inspiration.  » Brandon Holley acquiesce :  » Nos journalistes veillent à présenter aux lectrices des vêtements et des cosmétiques jeunes d’esprit, véritablement à la portée de leur bourse et en phase avec ce qu’elles désirent. L’adolescence est l’âge où on se définit un style ; les jeunes filles ont vraiment besoin de conseils. ELLEgirl leur en apporte sur un ton qu’elles comprennent et apprécient, et ce, sans jamais les infantiliser. « 

ELLEgirl, qui se positionne comme le  » premier magazine international de mode et de beauté pour les adolescentes du XXIe siècle « , suit une politique de marketing et de promotion fondée sur une approche totalement innovante. HFM (U.S.) s’emploie en effet à étudier le comportement tout à fait particulier de son lectorat, afin de le cerner et de répondre à ses attentes.

 » Ces adolescentes passent chaque jour des heures à explorer Internet ou à regarder des clips et adorent faire les magasins. Nous cherchons à les atteindre sur leurs lieux de vie et de loisirs « , déclare Linda Mason, éditrice de ELLEgirl.  » Nous allons diffuser des spots publicitaires sur MTV. De plus, une séquence vidéo trépidante de deux minutes et demie projetée sur grand écran dans une centaine de centres commerciaux des Etats-Unis fait découvrir aux clientes les coulisses du magazine, puis les incite à l’acheter dans les kiosques voisins et à visiter ELLEgirl.com. « 

La musique exerçant une puissante influence sur les jeunes, ELLEgirl s’est doté d’une chanson officielle, écrite et interprétée par un célèbre artiste américain. Le clip figurera sur le site Web et sera en outre adressé via Internet à des centaines de milliers d’adolescentes, accompagné des instructions à suivre pour le télécharger… et pour s’abonner au magazine. C’est le site Web qui a constitué, avant la sortie du premier numéro dans les kiosques, le principal support de promotion des abonnements.

Le numéro de rentrée sera disponible dans tous les Etats-Unis pendant deux mois. L’an prochain, ELLEgirl sortira quatre fois, avec un tirage de 300 000 exemplaires. HFM (U.S.) complétera ses actions de promotion par des spots radio et par une séquence vidéo sur le  » making of  » du magazine, respectivement diffusés sur les grandes stations et sur les chaînes câblées touchant les jeunes.

En dehors des Etats-Unis, ce numéro inaugural a été distribué dans quelque soixante-dix pays. Au lancement américain succédera, au début de 2002, celui des éditions britannique et asiatique.

Contacts Presse :

Marie Muzard - Aurélie Olivier.
Tél : 01 41 05 09 60 - Fax : 01 41 05 09 67
E-mail : expert.marie@wanadoo.fr

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription