EADS relève son objectif de rentabilité

Catégorie

Corporate et autres activités

Amsterdam, le 19 mars 2001

Résultat opérationnel (« EBIT« ) 2000 de 1,4 milliards € (hors amortissements de la survaleur)

Frais de restructuration de 152 millions € inclus

Forte situation de trésorerie nette de 2 milliards €

Proposition de dividende par action de 0,50 €

Les Présidents exécutifs (CEOs) ont déclaré : « Nous poursuivons notre croissance rentable et prévoyons pour 2001 une augmentation de 15% de notre chiffre d’affaires de notre EBIT « 


EADS European Aeronautic Defence and Space company (code boursier : EAD) vise désormais une marge opérationnelle (avant impôts et intérêts) de 10 % en 2004, augmentant ainsi son précédent objectif qui était de 8 %. Ces 10% tiennent compte des frais de Recherche et Développement dépensés pour le programme Airbus A380. L’amélioration prévue de l’EBIT Earning Before Interest & Tax – Résultat opérationnel) s’explique par une croissance plus importante des activités, les effets positifs de la fusion d’EADS et la bonne tenue du Dollar contre l’Euro.

En 2000, la rentabilité opérationnelle d’EADS s’est améliorée et son EBIT pro forma 2000 (hors amortissements de la survaleur générée par la création d’EADS) est de 1,4 milliard €. Cela représente une hausse de 11 % par rapport au chiffre pro forma de 1999 de 1,26 milliard €, hors plus-value de 182 millions € sur la cession de Sextant en 1999.

L’EBIT 2000 tient compte des charges de restructuration de 152 millions €. Ces charges sont liées aux décisions de restructuration de la division Systèmes Civils et de Défense, du siège social d’EADS et de la division Espace.

Depuis la fusion de juillet 2000, les Directions Générales des trois sociétés fondatrices ont été intégrées. Les processus et les systèmes ont d’abord été fusionnés pour assurer à la nouvelle société une Direction Générale intégrée. Il s’agit maintenant de redéfinir les effectifs du siège social en fonction de son rôle et de ses missions. Poursuivant l’objectif d’une meilleure efficacité, EADS veut réduire de manière significative les effectifs du siège, en transférant certaines fonctions vers les filiales, et en externalisant ou en allégeant le contenu des autres. Ce programme de restructuration va commencer dès maintenant et sera achevé d’ici 2002.

Le conseil d’administration d’EADS proposera un dividende par action de 0,50 € pour l’exercice 2000. Cette proposition sera soumise au vote des actionnaires lors de l’Assemblée Générale annuelle qui se tiendra à Amsterdam le 10 mai 2001.

Selon le Président Exécutif d’EADS Philippe Camus, « Les chiffres annoncés aujourd’hui démontrent qu’EADS a atteint et même dépassé ses objectifs de résultat pour sa première année d’activité, prouvant ainsi que la fusion est déjà une réussite. Le niveau record des commandes nous offre une excellente visibilité pour le futur. En 2001, nous allons consolider 100 % de la société Airbus Intégrée et poursuivre notre croissance rentable avec une hausse prévue du chiffre d’affaires et de l’EBIT de 15 %. Grâce au dividende qui sera proposé lors de l’Assemblée générale, nous voulons faire participer les actionnaires à notre succès. »

Rainer Hertrich, Président Exécutif d’EADS, a ainsi commenté les perspectives d’EADS : « EADS a nettement confirmé sa position de leader dans l’industrie mondiale de l’aéronautique, de la défense et du spatial. Nous sommes le moteur de la consolidation de l’industrie européenne dans ce domaine et nous allons continuer dans cette voie grâce aux sociétés Airbus Intégrée, European Military Aircraft Company, MBDA et à d’autres accords qui nous permettront de renforcer la position et les performances d’EADS sur le marché. Une fois la réorganisation et la restructuration des divisions Espace et Systèmes Civils et de Défense terminées, nous développerons ces activités grâce à la croissance interne et à de nouvelles acquisitions. EADS est en marche !« 

Le directeur financier d’EADS, Axel Arendt, a ajouté : « Nous sommes très satisfaits d’annoncer que nos résultats sont tout à fait conformes aux attentes des marchés financiers, et ce malgré d’importantes charges de restructuration passées dans nos comptes en 2000. Ces charges de restructuration permettront d’augmenter notre rentabilité dans l’avenir. EADS est une société qui tient ses promesses. Nous sommes heureux que cela ait été apprécié par les marchés financiers où le cours de notre action a suivi une meilleure évolution que la plupart des grands indices boursiers. »

Un carnet de commandes couvrant plus de cinq années d’activité

Comme indiqué précédemment, le chiffre d’affaires pro forma d’EADS en l’an 2000 a augmenté de 7,3 %, à 24,2 milliards € (22,6 milliards € en 1999). Le niveau record des prises de commandes réalisées en 2000 s’est élevé à 49,1 milliards € (+ 50 %), démontrant la performance exceptionnelle du groupe. Fin 2000, le carnet de commandes a atteint le niveau sans précédent de 132 milliards €, soit une augmentation de 29 % par rapport aux chiffres pro forma de 1999. Ce carnet de commandes représente plus de cinq années d’activité.

Pour les mêmes raisons qu’en 1999, EADS a enregistré un résultat net négatif de -909 millions €, dont -1,4 milliard € de pertes financières nettes. Ces pertes sont dues à un cours de change du dollar plus élevé fin 2000 qu’en 1999 et à la méthode de comptabilisation du portefeuille de couverture de change provenant des procédures utilisées avant la fusion. Comme en 1999, la position de trésorerie d’EADS n’en est pas du tout affectée. A partir de 2001, de nouvelles règles de comptabilité (Norme de Comptabilité Internationale IAS 39) vont permettre à EADS d’allouer presque toutes ses couvertures de change, contrat par contrat, aux contrats commerciaux sous-jacents correspondants, ce qui fera presque complètement disparaître la volatilité du résultat net en fonction des fluctuations du cours du dollar à la fin de l’année.

Fin 2000, EADS a eu une position nette de trésorerie de plus de 2 milliards €, environ 3 milliards €de plus qu’en 1999. Cette hausse provient autant de l’amélioration de la capacité d’autofinancement que de l’augmentation du capital.

Les divisions Airbus et Aéronautique enregistrent de bons résultats

Grâce à sa performance commerciale et à une augmentation des livraisons d’avions, l’EBIT de la division Airbus d’EADS a fortement augmenté de 53 % pour atteindre 1,412 milliards € (chiffre pro forma de 1999 : 925 millions €). Ce chiffre correspond à la participation de 80 % d’EADS dans Airbus. Comme indiqué précédemment, le chiffre d’affaires a augmenté de 17,5 %, à 14,9 milliards €, et le carnet de commandes a atteint 104,4 milliards € à la fin de l’année, correspondant à la participation de 80 % d’EADS. Au total à la fin 2000, le carnet de commandes d’Airbus comptait 1 626 avions, couvrant ainsi plus de cinq ans de production. A ces commandes s’ajoutent les 66 engagements fermes pour le super gros porteur A380.

La division Avions de Transport Militaire a enregistré une diminution de son EBIT à – 63 millions € (-20 millions € en 1999). Le futur grand programme de la division, l’Airbus A400M, est encore en phase de pré-développement et d’autres investissements pèsent sur l’avion de transport militaire C295 et l’activité aérostructure. Le chiffre d’affaires a atteint 316 millions € et le carnet de commandes a progressé, à 873 millions €.

2000 a été une très bonne année pour la division Aéronautique qui a augmenté son EBIT de 47 %, passant ainsi à 296 millions € (202 millions € en 1999). L’activité aviation militaire, grâce à un gros contrat d’après-vente sur le programme Tornado, et l’activité civile d’ Eurocopter expliquent une bonne partie de ces bons résultats. Les résultats de la division Aéronautique ont atteint 4,7 milliards €, soit presque 10 % de plus qu’en 1999 et le carnet de commandes affichait un montant de 13,1 milliards € à la fin de l’année.

Les divisions Systèmes Civils et de Défense et Espace enregistrent des charges non-récurrentes

L’ EBIT de la division Espace a diminué de 31 %, passant ainsi à 67 millions €. Ce chiffre tient compte de charges non-récurrentes (65 millions €) liées à la restructuration interne de la division et à la dépréciation de la participation d’EADS dans le programme Globalstar de constellation de satellites. La poursuite du succès du programme Ariane a contribué en grande partie au résultat de la division. Le chiffre d’affaires a légèrement augmenté à 2,5 milliards € (+0,7 %) tandis que le carnet de commandes atteignait à la fin de l’année 4,8 milliards €.

La division Systèmes Civils et de Défense a enregistré une perte avec un EBIT de -110 millions €, après +86 millions € en 1999 ; cette détérioration est notamment due à des charges de restructuration. Le chiffre d’affaires a diminué de 24 %, passant à 2,9 milliards €. Cette baisse s’explique principalement par la déconsolidation des joint-ventures avec Nortel dans le secteur des télécommunications et par les nouvelles restrictions des budgets de la défense dans les principaux pays clients d’EADS, en particulier en Allemagne. Le carnet de commandes a atteint à la fin de l’année 9,7 milliards €. Le programme de restructuration mis en place permettra d’améliorer la rentabilité de la division. Le carnet de commandes bien rempli constitue le fondement de la croissance future de cette division et de son retour aux bénéfices en 2002.

EADS est née le 10 juillet 2000 de la fusion entre Aerospatiale Matra (France), DaimlerChrysler Aerospace (Dasa) (Allemagne) et CASA (Espagne). La cotation d’EADS sur les bourses de Francfort, Madrid et Paris représente la première offre paneuropéenne et l’une des plus importantes cotations européennes de l’an 2000. EADS est le troisième groupe aéronautique, spatial et de défense dans le monde.


EADS – Résultats 2000

(sommes eu Euro)

Groupe EADS

2000
pro forma

1999
pro forma

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

24 208

22 553

+7%

EBIT(1), en millions

1 399

1 445

-3%

EBIT(1)hors cession de Sextant,
en millions

1 399

1 263

+11%

Cash Flow disponible après investissement, en millions

1 531

198

+673%

Résultat net, en millions

-909

-1 046

+13%

Dividende par action (proposition)

0,50

Prises de commandes, en millions

49 079

32 700

+50%

Carnet de commandes, en millions

131 874

102 400

+29%

Salariés (à fin 2000)

88 879

88 631

0%

Par division

Chiffre d’affaires

EBIT(1)

(Sommes en millions d’euros)

2000

pro forma

1999

pro forma

Variation

2000

pro forma

1999

pro forma

Airbus

14 856

12 639

+18%

1 412

925

Avions de Transport Militaire

316

241

+31%

-63

-20

Aeronautique

4 704

4 280

+10%

296

202

Espace

2 535

2 518

+1%

67

97

Systèmes Civils et de Défense (DCS)

2 909

3 830

-24%

-110

86

Sièges et Eliminations(2)

-1 112

-955

-16%

-203

155

Total Groupe EADS

24 208

22 553

+7%

1 399

1 445

Par division

(Sommes en millions d’Euro)

Prises de commandes

Carnet de commandes

2000
pro forma

1999
pro forma

2000
pro forma

1999
pro forma

Airbus(3)

34 158

20 700

104 387

79 500

Avions de Transport Militaire

493

600

873

700

Aeronautique

8 322

4 900

13 067

8 800

Espace

3 024

2 200

4 826

4 400

Systèmes Civils et de Défense (DCS)

3 857

4 300

9 722

9 000

Sièges et Eliminations(2)

-775

-1 001

Total Groupe EADS

49 079

32 700

131 874

102 400

1) EBIT (Earning Before Interest and tax – résultat opérationnel) hors amortissements de la survaleur liée à la création d’EADS, y compris 262 millions € de charges non-récurrentes
2) dont ajustements pro forma / transactions intra-groupe
3) basé sur les prix catalogue

Contact Presse :

Eckhard Zanger
EADS Communications Finance
Tél. : +49 89 607 27961
Site web : http://www.eads-nv.com/

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription