Back to top

33ème Opus d’Astérix… Le Ciel lui tombe sur la tête

Catégorie

Lagardère Publishing

Paris, le 14 octobre 2005

Pour la première fois, chaque album d’Astérix sera unique !!! 3 178 000 albums seront numérotés !!!
Une histoire à rendre fous les collectionneurs.

Le monde serait-il vraiment devenu Gaulois ?

Les premières indications sur les ventes d’albums sont, un peu partout, incroyables ! Les sorties caisses ont l’air d’atteindre des niveaux records. Les plus prudents parmi les responsables commerciaux de France et de Belgique semblaient donner les chiffres comme si le ciel leur était tombé sur la tête ! Ils n’en croyaient pas leurs yeux fatigués : plus de 800 000 exemplaires seraient sortis des magasins en deux jours !

Si les chiffres se confirment, tous les records de l’édition seraient à nouveau battus et des centaines de milliers de lecteurs ravis de découvrir enfin le dernier opus d’Albert Uderzo.

Comme je vous l’avais annoncé, voilà un album qui renouvelle les codes et qui, fondamentalement, est d’une vraie modernité pour un auteur de 78 ans ! Les commentateurs devraient progressivement découvrir qu’il s’agit d’un album original à plusieurs niveaux. Pour la première fois, nos « zamis » américains sont, en effet, stigmatisés. Les forces impériales ne sont plus seulement celles de Jules, mais aussi celle de Hubs, anagramme, le chef des superclones ! L’avenir nous dira si la caricature de Schwarzy va l’aider ou non dans sa future course présidentielle !… De plus, dans l’évolution actuelle du marché de la bande dessinée, notre auteur a opté pour le métissage : comme dans l’album d’Astérix, la BD franco-belge se frotte aujourd’hui aux assauts de la manga, comme les comics, qui ont nourri les auteurs d’Astérix dans leur jeunesse, étaient une concurrence menaçante pour les auteurs de la BD naissante. Albert Uderzo a intégré tout cela et nous propose une formidable histoire issue de son univers personnel, plein de fantaisie et d’imaginaire dans laquelle il redonne à nos héros leur regard goguenard qu’on leur aime tant ! Les premiers témoignages de lecteurs du monde entier prouvent qu’ils ont saisi 5 sur 5 l’intention et disent s’extasier sur les dessins.

Quelle aventure ! Mais quelle aventure, chers lecteurs d’Astérix ! Depuis un an, nous avions tenté de vous préparer une fête complète : un lancement mondial à Bruxelles, une exposition totale à Bruxelles jusqu’au 15 janvier 2006 et un secret bien gardé sur un album décoiffant. La mission est remplie ! « Je suis sur un nuage« , nous a confiés Albert Uderzo, vendredi 14 au soir. Nous on est cuits de chez cramés, mais, franchement, ravix !

Doubleclix,
Rédac’chef du site
www.asterix.com


Première planche du n°33 d’Astérix le Gaulois, Le Ciel lui tombe sur la tête


Cliquer sur le lien pour lire la première planche du nouvel album

(Format PDF)


Les dates clés d’Astérix le Gaulois

Le 29 octobre 1959, le numéro UN de Pilote présente en page 20 la première planche des aventures d’Astérix le Gaulois à des lecteurs étonnés. Le succès est immédiat : plus de 200 000 exemplaires du journal seront vendus !

Le succès d’Astérix est tel qu’après Le Bouclier Arverne, Albert abandonne tous ses personnages pour se consacrer uniquement au petit gaulois… un personnage de petite taille, certes, mais qui devient vite le héros majeur de la bande dessinée française !

En 1974 Albert et René créeront même un studio éphémère d’animation : LE STUDIO IDEFIX qui produira LES DOUZE TRAVAUX D’ASTERIX.

Le 5 novembre 1977 tombe la sinistre nouvelle : René Goscinny est mort. Il avait 51 ans.
Le choc est terrible. Plus encore que son collaborateur, Albert perd un ami très cher.
L’album Astérix chez les Belges en était à la planche 37.

En 1979, après un deuil difficile, Albert décide de ne pas laisser leurs travaux à l’abandon et reprend les aventures d’Astérix. Il créé dans la foulée les Editions Albert René dont il s’occupe aujourd’hui avec sa fille Sylvie.

En 1980, Albert Uderzo publie son premier album « solo », dans le respect de l’aventure professionnelle et humaine qu’il avait connue avec son ami disparu. Le public est au rendez- vous, 1,7 million d’exemplaires du titre Le Grand Fossé sont vendus en langue française. Modeste, Albert s’inquiète du suivant. Il se méfie d’un phénomène de curiosité sur son premier opus. Le public lui prouve pourtant sa fidélité en achetant dans les mêmes proportions l’album suivant, L’Odyssée d’Astérix ! La magie de leur complicité est restée présente.

En 1985, suite à un accord avec Georges Dargaud, éditeur, le film Astérix et la surprise de César vient relancer la carrière cinématographique du petit Gaulois. Ce sera, l’année suivante, l’adaptation de l’album Astérix chez les Bretons qui confirmera la bonne santé des irréductibles. La création du Parc Astérix en 1989 sera un nouveau défi à la pesanteur qu’Albert saura lancer avec ses collaborateurs. Quinze ans après, le Parc Astérix est le seul (encore et toujours) vrai concurrent aux parcs américains installés en France. Deux millions de visiteurs annuels…

En 1991, distribué et diffusé par Hachette Livre pour la première fois et soutenu par le travail de l’agence Eleuthera, l’album Astérix, la rose et le glaive atteint des sommets jamais connus : 2,2 millions d’exemplaires seront écoulés en langue française ! Les albums suivants connaissent depuis une croissance constante jamais démentie.

En 1996, La galère d’Obélix franchit la barre des 2,5 millions d’exemplaires au moment où pour la première fois Astérix entre au Musée (Arts et Traditions Populaires, 120 000 visiteurs en quatre mois). L’exposition ira jusqu’au Québec au Musée des Beaux-Arts.

En 1999, la première adaptation au cinéma « live », Astérix et Obélix contre César fait un carton dans toute l’Europe avec 24 millions de spectateurs.

Albert Uderzo confie à Hachette Livre les droits d’édition des 24 premiers Astérix tandis que la société Albert-René s’occupe des albums suivants.

Hachette Livre devient alors diffuseur et distributeur de tous les albums et éditeur des 24 premiers.

En 2001, le nouvel album, Astérix et Latraviata, fait encore exploser les records avec 2,8 millions en français et 7,5 millions d’exemplaires dans le monde.

En 2002, le second film, Mission Cléopâtre réitère les records du premier avec une ventilation différente: 24 millions de spectateurs au total mais avec un record historique en France, 14,5 millions…

En 2005, le nouvel album, Le ciel lui tombe sur la tête, bat à nouveau des records avec 8 millions d’exemplaires en Europe, le même jour dont 3 178 000 exemplaires en langue française !…

Il s’agira sans nul doute de la meilleure vente de livres 2005 toutes catégories confondues en France.

Astérix est devenu en quarante-cinq ans un phénomène mondial. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 32 aventures traduites en 103 langues et dialectes, 7 films d’animation et bientôt Astérix et les Vikings au printemps 2006, un prochain film live, ASTERIX ET OBELIX AUX JEUX OLYMPIQUES dont la sortie est prévue pour 2008.


Albert UDERZO & René GOSCINNY, un tandem prestigieux

Dans le tandem d’inséparables que formaient René Goscinny et Albert Uderzo, ce dernier, né d’une famille d’immigrés italiens à Fismes en avril 1927, était le « petit jeune »… René, lui aussi né en France, d’une famille en provenance d’Europe de l’Est, avait déjà près de neuf mois lorsque son futur complice vît le jour. Le grand architecte du destin allait les réunir. Et pourtant! Dessinateur né, Albert avait entamé très tôt sa carrière à Paris au lendemain de la guerre, voici donc 60 ans, tandis qu’au même moment René, ayant grandi en Argentine, atterrissait à New York.

C’est sa rencontre avec Morris, Jijé et un agent d’éditions de l’autre côté de l’Atlantique qui le ramènera vers la rue de Montreuil à Paris où vivait le futur dessinateur d’Astérix qui, un certain jour de 1951, était en retard dans sa livraison.

C’est en venant récupérer des dessins du jeune Albert que René fait donc sa connaissance. Ils ne savent pas encore que leurs destins sont scellés.

Assis côte à côte dans le bureau de la World Press, les deux jeunes créateurs vont apprendre très vite, alors, à partager la culture de la dérision et de l’humour. Puisqu’ils sont là pour faire « plante verte », ils ont décidé de faire pousser les héros: Oumpah-Pah, Jehan Pistolet, Luc Junior…

Albert et René participent par la suite activement avec Jean-Michel Charlier et Yvon Hébrard à la création des sociétés Edipresse (agence de presse) et Edifrance (agence de publicité), ce qui leur permet de s’exprimer plus librement. Ils travaillent tous deux d’arrache-pied et Albert exécutera jusqu’à neuf planches en une semaine, un travail colossal.

En 1959, un grand projet monopolise nos deux amis : la création du journal Pilote (mâtin, quel journal !), à l’initiative de François Clauteaux qui en sera le rédacteur en chef. Albert et René cherchent un héros issu de la culture française… Après avoir pensé à adapter le Roman de Renart, ils explorent la chronologie de l’Histoire et pointent le doigt sur la Gaule et les Gaulois.

Pendant ce temps René collabore en plus d’Astérix à diverses bandes dessinées : Iznogoud (Tabary), Le Petit Nicolas (Sempé), Lucky Luke (Morris), Valentin (Tabary), Les Dingodossiers (Gotlib). Albert de son côté, doit assurer le dessin de trois séries aussi différentes que mythiques: Tanguy et Laverdure, le pendant français du Buck Danny, sur des scénarii du maître Jean-Michel Charlier. Une figure de style pour Albert qui réalise là des dessins d’un réalisme incroyable (moteurs, avions militaires, bases…) Il y a également Oumpah Pah l’indien (et son ami Hubert de la Pâte Feuilletée), scénarisé par René, et, bien sûr, ce que les lecteurs de Pilote attendaient, chaque semaine, avec un peu plus d’impatience: les planches d’Astérix.

Le site officiel d’Astérix


Le Ciel lui tombe sur la tête

48 pages
8,90 €
Editions Albert René
Sortie le 14 octobre 2005

Alerte Email

Pour recevoir les communiqués institutionnels du groupe Lagardère, veuillez remplir les champs suivants :

Inscription