Avec 65 % de femmes dans l’ensemble de ses effectifs à fin 2021, le groupe Lagardère est un groupe très féminisé qui place la représentation équilibrée des femmes et des hommes, notamment dans les postes à hautes responsabilités, parmi ses engagements prioritaires.

Dans ce cadre, le Groupe a notamment adhéré aux Women’s Empowerment Principles de l’ONU et à l’initiative StOpE de lutte contre le sexisme ordinaire en entreprise.

Conformément aux recommandations du Code Afep-Medef auquel la Société adhère, la Direction Générale a arrêté une politique de mixité au sein des instances dirigeantes du Groupe, laquelle est soumise à l’examen régulier du Conseil d’Administration et de son Comité des Nominations, des Rémunérations et de la RSE.

Le niveau des femmes au sein de la population des cadres exécutifs du Groupe ayant atteint 51 % en 2020, la Direction Générale a décidé en 2021 de recentrer ses efforts sur un périmètre plus restreint et plus représentatif du top management au sein du Groupe. Ce nouveau périmètre, arrêté en tenant compte des spécificités du Groupe, et notamment de sa forte décentralisation et de son exposition internationale, correspond : (i) aux membres du Comité Exécutif du Groupe et à leurs N-1, (ii) aux membres des Comités Exécutifs élargis et des Comités de Direction de Lagardère Publishing, Lagardère Travel Retail et Lagardère News,  (iii) aux équipes dirigeantes des entités autonomes des pays pour Lagardère Travel Retail et (iv) aux cadres supérieurs en France pour Lagardère Publishing.

Sur ce nouveau périmètre d’un peu plus de 300 personnes, la Direction Générale a fixé un objectif de féminisation de 45 % à atteindre d’ici à fin 2024, par la mise en œuvre de divers plans d’actions qui incluent :

Des comités de pilotage, composés notamment des directeurs des Ressources humaines et de la RSE des branches et du Corporate suivent chaque année la mise en place des plans d’actions et les évolutions atteintes. Pour le périmètre global du groupe Lagardère, le comité RH est chargé de la supervision des plans d’actions, sous l’autorité de la Secrétaire Générale du groupe Lagardère, membre du Comité Exécutif.

Ces plans d’actions ont porté leurs fruits en 2021 puisque si la mixité des effectifs globaux est demeurée stable entre 2020 et 2021 (65 % de femmes pour 27 359 collaborateurs), le taux de femmes a progressé sensiblement sur tous les autres ensembles, passant :

La féminisation des instances dirigeantes du Groupe s’est également renforcée en 2021 puisque :

Conformément à la loi 2021-1774 du 24 décembre 2021 visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle, dite loi « Rixain », les sociétés du Groupe, employant, pour le troisième exercice consécutif, chacune au moins 1 000 salariés, ont publié pour la première fois, en 2022, les écarts de représentation entre les femmes et les hommes parmi, d’une part, la population des cadres dirigeants définis à l’article L. 3111-2 du Code du travail et, d’autre part, les membres des instances dirigeantes au sens de l’article L. 23-12-1 du Code de commerce. Ces mêmes sociétés seront également tenues de respecter une proportion minimale de personnes de chaque sexe pour chacun de ces deux ensembles d’abord en atteignant un taux de 30 % en mars 2026, puis de 40 % en mars 2029.

Index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

L’index pondéré de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est de 90,62/100 au titre des données 2021. Cet index pondéré a été calculé avec les notes obtenues par les 16 sociétés du Groupe soumises à cette obligation (publiées sur leur site internet), lesquelles représentent un effectif de 6279 salariés.

Lagardère Ressources (société assurant la gestion de l’ensemble des moyens centraux du Groupe et dont l’effectif est de 84 salariés) obtient la note de 65/100 pour l’année 2022 au titre des données 2021.

  1. Indicateur relatif à l’écart de rémunérations : 35 sur 40
  2. Indicateur relatif à l’écart des taux d’augmentations individuelles : 15 sur 35
  3. Indicateur relatif aux salariées ayant bénéficié d’une augmentation à leur retour de congés maternité : non calculable
  4. Indicateur relatif au nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations : 5 sur 10


Le résultat étant inférieur à 75 points, un accord triennal a été signé le 5 juillet 2022 afin de fixer les objectifs de progression ainsi que les mesures de correction définies pour chacun des indicateurs de l’Index :

La Direction réaffirme ses engagements dans ce domaine, avec le suivi des indicateurs et dont les effets devraient être visibles dès la publication de l’Index 2023.