Afin de réaliser des statistiques de visites et d'améliorer l'expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies.

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies de mesure d'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

We use cookie technology to measure our online audience in order to compile statistics on website visits and improve the browsing experience for our website's users. 
By using our website, you consent to the use of cookies for audience measurements. Click here for more information on cookies and how to set your preferences

Communiqués de presse

Retour

Paris, le 31 juillet 2014

RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2014

Un premier semestre conforme aux prévisions,
permettant de confirmer l'objectif de Résop Média(1) 2014

  • Chiffre d'affaires de 1 838 M€ au 2e trimestre 2014, en croissance (+ 3,3 %(2)).
  • Chiffre d'affaires de 3 364 M€ (- 1,2 %(2)) au 1er semestre 2014.
  • Résop total(3) de 113 M€, en hausse de 8 %.
  • Résultat net ajusté(4) - part du Groupe stable, à 33 M€.
Une situation financière solide
  • Endettement net : 1 091 M€, avec un très bon niveau de liquidité (2,2 Md€ de liquidités disponibles(5)).


Le 2e trimestre 2014 marque un retour à la croissance de l’activité
, avec un chiffre d’affaires en hausse de + 3,3 % en données brutes et de + 0,1 % en données comparables(6) (+ 1,4 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie), à comparer à la baisse de l’activité au 1er trimestre (- 5,6 % en données comparables).
Sur l’ensemble du semestre, l’évolution du chiffre d’affaires (- 2,6 % en données comparables) est due essentiellement à un effet de comparaison défavorable avec un premier semestre 2013 particulièrement fort chez Lagardère Publishing (publication de nombreux best-sellers) et dans la Production audiovisuelle (calendrier de livraison atypique en 2013), ainsi qu’à un effet calendaire négatif chez Lagardère Unlimited.
Par ailleurs, la bonne dynamique des activités de Travel Retail (+ 8,1 % en données brutes, + 4,3 % en données comparables), portées par l’évolution favorable du trafic passager, le développement des segments Duty Free et Restauration, ainsi que le déploiement de nouveaux concepts, a permis de compenser partiellement le déclin de la presse et le contexte publicitaire difficile.
Hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie, déjà connu, l’activité du Groupe ne baisse que de - 1,3 % à données comparables au 1er semestre.

  • Le Résop total (Média et autres activités) s’établit à 113 M€, en hausse de 8 % par rapport à fin juin 2013.
    Le Résop Média s’élève à 128 M€. Il est marqué par une progression chez Lagardère Services, Lagardère Active et Lagardère Unlimited, et inclut la baisse attendue chez Lagardère Publishing.

    - Lagardère Publishing : Résop en baisse de 20 M€, par rapport à un 1er semestre 2013 particulièrement fort.
    - Lagardère Services : Résop en hausse de + 7 M€, grâce au Travel Retail.
    - Lagardère Active : Résop en hausse de + 2 M€, avec notamment la poursuite des plans d’économies.
    - Lagardère Unlimited : Résop positif et en légère hausse (+ 1 M€). L’arrêt des activités en perte ainsi que les programmes d’économies ont plus que compensé l’effet calendaire négatif.
  • Le résultat net - part du Groupe s’établit à - 33 M€, en raison notamment d’une charge d’impôt élevée (impôt sur les dividendes).
  • Le résultat net ajusté - part du Groupe s’élève à 33 M€, stable par rapport au 1er semestre 2013.
  • L’endettement net s’établit à 1 091 M€ au 30 juin 2014, quasi stable par rapport au 30 juin 2013 (900 M€) et en hausse par rapport au 31 décembre 2013 (position de trésorerie nette excédentaire de + 361 M€). Cette évolution est essentiellement imputable à la distribution des dividendes ordinaire et exceptionnel (959 M€), à la variation (traditionnellement négative au 1er semestre) du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et aux acquisitions réalisées au 1er semestre 2014.


CHIFFRE D'AFFAIRES ET RÉSOP

CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires de Lagardère sur le premier semestre 2014 s’élève à 3 364 M€, soit - 1,2 % en données brutes et - 2,6 % à données comparables.
L’écart entre les données brutes et les données comparables s’explique par un effet de périmètre positif de 93 M€ (essentiellement lié aux acquisitions réalisées dans le Travel Retail, la Production TV et chez Lagardère Publishing), partiellement compensé par un effet de change négatif de - 45 M€, lié principalement à la dépréciation des dollars US, australien et canadien.

 

  Chiffre d’affaires (M€)
Variation
en données
brutes
 
Variation
en données
comparables
 
  1er semestre 2013
1er semestre 2014
 LAGARDÈRE
3 406 
3 364 
- 1,2 %
- 2,6 %*
 Lagardère Publishing
917  903 
- 1,5 %
- 1,0 %
 Lagardère Services
1 814 
1 852 
 + 2,1 %
- 0,1 %**
 Lagardère Active
471 
435 
- 7,7 %
- 10,0 %
 Lagardère Unlimited  204 
174 
- 14,6 %
- 14,8 %

* - 1,3 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.

** + 2,4 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.

À noter une nette amélioration des tendances sur le deuxième trimestre 2014 pour toutes les branches :

  Chiffre d’affaires (M€)
Variation
en données
brutes
Variation
en
données
comparables
   2e trimestre 2013  2e trimestre 2014
 LAGARDÈRE
 1 779 
 1 838 
 + 3,3 %
 + 0,1 %*
 Lagardère Publishing
 498 
 510 
 + 2,7 %
 + 2,5 %
 Lagardère Services
 938 
 994 
 + 6,0 %
 + 0,6 %**
 Lagardère Active
 249 
 233 
 - 6,7 %
 - 9,4 %
 Lagardère Unlimited
 94 
101 
+ 6,8 %
 + 6,4 %   

* + 1,4 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.
** + 3,3 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT DES SOCIÉTÉS INTÉGRÉES (Résop)

Le résultat opérationnel courant du pôle Média s’établit à 128 M€. Il est en hausse chez Lagardère Services, Lagardère Active et Lagardère Unlimited, et inclut la baisse anticipée chez Lagardère Publishing, qui avait connu un premier semestre 2013 exceptionnellement riche en best-sellers.

  Résop (M€)
Variation
(M€)
  1er semestre 2013  1er semestre 2014
 
 Lagardère Publishing
71 
 51 
 - 20
 Lagardère Services
29 
 36 
+ 7
 Lagardère Active
33 
 35 
+ 2
 Lagardère Unlimited

 6 
+ 1
 Résop MÉDIA
138 
 128 
- 10
 Résop des autres activités
(33) 
 (15) 
+ 18
 Résop TOTAL
105 
 113 
+ 8


  • Lagardère Publishing

Chiffre d’affaires

Chiffre d’affaires de 903 M€, en baisse de 1,5 % en données brutes et de 1 % à données comparables, l’écart s’expliquant par un effet de change négatif (- 12 M€), partiellement compensé par un effet de périmètre positif.
Au premier semestre 2014, l’activité est, comme attendu, marquée par un effet de comparaison défavorable lié aux très bonnes performances enregistrées au premier semestre 2013, en particulier en France.
Le deuxième trimestre enregistre néanmoins une meilleure performance : + 2,5 % en données comparables.

Au 1er semestre 2014, en France, l’activité est en baisse de 9 % par rapport au 1er semestre 2013 qui bénéficiait notamment de la publication des tomes 2 et 3 de la saga Fifty Shades, de la biographie Moi Zlatan Ibrahimović, de la publication du roman de Grégoire Delacourt, La première chose qu’on regarde, et du livre de Dan Brown, Inferno.
Aux États-Unis, l’activité est en hausse (+ 5,6 %) grâce notamment à l’intégration d’Hyperion (acquisition d’un catalogue) et à la reprise en distribution de l’activité d’édition de Disney. À noter également de bonnes performances en Littérature générale, avec la parution de The Silkworm, de R. Galbraith (J.K. Rowling), de nombreux réassorts de The Goldfinch (D. Tartt) ou de Lone Survivor (M. Luttrell), et la sortie dans les salles de l’adaptation cinématographique de The Monuments Men, qui a soutenu les ventes du titre de R. Edsel publié par le Groupe.
Au Royaume-Uni, l’activité est en légère hausse (+ 1,1 %), avec de bonnes performances en Littérature générale, tirée par des parutions à succès et par la dynamique des e-books, ainsi que dans l’Éducation.
En Espagne / Amérique latine, l’activité est en baisse (- 6,7 %) en raison notamment de retards dans la mise en place des réformes de programmes scolaires.
Les activités de Fascicules (+ 7 %) poursuivent leurs très bonnes performances notamment en Russie, au Japon, en Allemagne et en France, grâce aux lancements de collections à succès fin 2013.

La transition vers le numérique semble se stabiliser : le poids du e-book dans le chiffre d’affaires total de Lagardère Publishing est ainsi inchangé à 11,3 %, comme à fin juin 2013. Cette transition demeure toujours cantonnée au segment de la Littérature générale, et uniquement dans les pays anglo-saxons. Cependant, des tendances de marché divergentes sont observées :
- aux États-Unis, dans un marché du numérique qui marque une pause (ralentissement observé depuis 2013), le chiffre d’affaires du livre numérique est en baisse (29 % du chiffre d’affaires Trade(7) contre 34 % à fin juin 2013), avec une incidence limitée des mesures punitives d’Amazon ;
- au Royaume-Uni, le livre numérique affiche toujours une progression soutenue, et représente 36 % du chiffre d’affaires Adult Trade(8) contre 31 % à fin juin 2013.

L’effet de comparaison défavorable avec l’année 2013 devrait se poursuivre au 2d semestre, en Littérature générale et dans l’Éducation (absence de réformes de programmes scolaires).

Résop

Lagardère Publishing enregistre un Résop de 51 M€, en baisse de 20 M€ par rapport au 1er semestre 2013. Cette évolution s’explique essentiellement par la baisse de la profitabilité des activités en France.

  • Lagardère Services

Chiffre d’affaires

Chiffre d’affaires de 1 852 M€ au premier semestre 2014, en hausse en données brutes (+ 2,1 %), stable en données comparables (- 0,1 %). L’écart entre ces deux variations s’explique par un effet périmètre positif (+ 71 M€), consécutif aux acquisitions menées dans le Travel Retail (Gerzon à Amsterdam et Airest en Italie principalement), en partie compensées par un effet de change négatif (- 30 M€).
Hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie (effet qui cessera au 2d semestre 2014), la branche est en progression à données comparables de + 2,4 % sur le 1er semestre, avec une accélération au 2e trimestre (+ 3,3 %, après un 1er trimestre à + 1,5 %).

Le mix d’activités de la branche poursuit la mutation engagée avec un Travel Retail qui représente désormais 63 % du total (+ 4 points par rapport au premier semestre 2013), contre 37 % pour LS distribution (Distribution de presse et Retail intégré).

Au premier semestre 2014, les activités de LS travel retail sont en croissance de + 8,1 % en données brutes, et de + 4,3 % en données comparables. Elles sont portées par la croissance des trafics passagers, l’intégration des acquisitions, le développement des segments Duty Free et Restauration, l’extension des réseaux ainsi que le déploiement de nouveaux concepts. À noter une accélération sensible de la croissance du Travel Retail au deuxième trimestre, qui affiche une progression de + 13,4 % en données brutes (+ 5,2 % en données comparables).

En France, l’activité est en légère croissance sur le semestre (+ 0,2 %), avec les bonnes performances des segments Duty Free et Restauration qui compensent la poursuite du déclin des marchés de l’écrit chez Relay, l’incidence des fermetures de magasins pour modernisation, ainsi que des grèves du mois de juin sur le réseau SNCF.
En Europe (hors France), l’Italie délivre d’excellentes performances (+ 26 %), avec la montée en puissance des activités dans les aéroports de Rome. L’Allemagne affiche une hausse de + 5,7 %, avec en particulier le développement du réseau en Restauration. Le Royaume-Uni progresse de + 4,2 %, grâce à la reprise du trafic passagers.
En Europe centrale, les ventes sont toujours en progression sensible (+ 5 % en République tchèque, portée par la croissance de la Restauration et du Duty Free, + 4,2 % en Roumanie, + 18,5 % en Bulgarie).
L’activité est en forte hausse en Amérique du Nord (+ 9,7 %) : la cession du réseau de magasins de presse en centre-ville a été largement compensée par la croissance en aéroports.
En Asie-Pacifique la progression est notable (+ 10,7 %), en Chine et à Singapour grâce aux développements soutenus des activités de mode, ainsi qu’en Australie, portée par le développement du Duty Free.

Au premier semestre 2014 les activités de LS distribution sont en baisse de - 6,6 % en données comparables, mais seulement de - 0,5 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie, les efforts de diversification et la consolidation du marché permettant quasiment de compenser le déclin du marché de la presse.

Résop

Le Résop est de 36 M€, en hausse de 7 M€ et la marge opérationnelle progresse de 0,3 point, s’établissant à 1,9 %.
Le Résop du Travel Retail progresse de + 8 M€, avec l’amélioration continue des mix produits et segments (développement du Duty Free et de la Restauration), le déploiement réussi de nouveau concepts, et l’intégration des acquisitions.
Le Résop de la Distribution est en baisse de - 1 M€. Cette baisse est imputable à l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie, qui pèse pour - 2 M€. Hors cet élément, le Résop de LS distribution est donc en hausse de + 1 M€, bénéficiant des efforts de diversification, des restructurations, d’éléments non-récurrents et d’un contrôle continu des coûts.

  • Lagardère Active

Chiffre d’affaires

Chiffre d’affaires de 435 M€, soit - 7,7 % en données brutes et - 10 % à données comparables. L’écart entre ces deux variations s’explique essentiellement par un effet de périmètre positif (11 M€) lié à l’acquisition de Groupe Réservoir (production audiovisuelle en France).
La variation de chiffre d’affaires est affectée par un effet de comparaison défavorable avec le 1er semestre 2013 qui avait connu un calendrier de livraisons atypique dans la Production audiovisuelle. En excluant cette activité, le chiffre d’affaires ne diminue que de 5,6 %. Le chiffre d’affaires publicité est en baisse de 5,9 % sur l’ensemble de la branche.
Les tendances du deuxième trimestre sont en ligne avec celles du 1er trimestre.

La Presse Magazine France est en baisse de 6,6 %, en raison de la contraction des recettes publicitaires (- 10,7 %) et malgré une diffusion qui montre une certaine résistance (- 2,3 %), grâce notamment à la hausse des prix de couverture.
Les Radios affichent des performances contrastées (- 0,8 %), avec une hausse chez Europe 1 et à l’international, tandis que les radios musicales en France sont en baisse.
La Production audiovisuelle est, comme anticipé, en forte réduction (- 42,4 %), qui s’explique par le volume de livraisons atypique au 1er semestre 2013, ce qui devrait être rattrapé au second semestre.
Dans les activités numériques : le groupe LeGuide demeure confronté à la concurrence de Google mais parvient à afficher une meilleure performance au 2e trimestre (diversification des sources de revenus et de trafic). BilletReduc confirme la bonne orientation de son activité.

Résop

Le Résop est de 35 M€, en légère progression avec notamment la poursuite des plans d’économies, permettant à la marge opérationnelle de progresser de 1 point, à 8 %.

  • Lagardère Unlimited

Chiffre d’affaires

Chiffre d’affaires de 174 M€, soit - 14,6 % en données brutes et - 14,8 % à données comparables. L’écart entre ces deux variations est lié à un effet de périmètre positif (+ 3 M€), partiellement compensé par un effet de change négatif.
L’évolution de l’activité s’explique par un effet calendaire défavorable, dû essentiellement à la non-occurrence en 2014 de la CAN(9) et à un programme moins porteur sur le contrat AFC(10) (absence de matches de qualification pour la Coupe du monde de football).
À noter également la cessation progressive des activités liées aux grands contrats de droits médias en Europe gérés par Sportfive International.
Ces éléments sont partiellement compensés par les bonnes performances sur les activités de Marketing sportif et d’Hospitalité, portées par la Coupe du monde de football, ainsi que le développement des activités dans le golf (organisation de la compétition Nordea Masters).
Au deuxième trimestre, les tendances sont en amélioration (+ 6,4 % à données comparables), avec un effet calendaire atténué.

Résop

Le Résop est en hausse de 1 M€ et s’établit à 6 M€. L’arrêt des activités en perte (notamment de droits médias chez Sportfive International), ainsi que les programmes d’économies de coûts, ont plus que compensé l’effet calendaire négatif.
Ces résultats sont en ligne avec le plan de redressement de la branche.

  • Autres activités

Le Résop des autres activités s’établit à - 15 M€, en amélioration de 18 M€ par rapport au premier semestre 2013, qui comprenait 15 M€ de provisionnement de la prime versée aux collaborateurs du Groupe consécutive à la distribution exceptionnelle de dividendes liée à la cession des titres EADS.

II- PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DU COMPTE DE RÉSULTAT

M€
1er semestre
2013 

 1er semestre
2014 
 Chiffre d’affaires 3 406 
3 364 
 Résop total 105 
113 
 Résultat des sociétés mises en équivalence*
(2) 
 Éléments non récurrents / non opérationnels 1 489 
(47) 
 Résultat avant charges financières et impôts 1 592 
67 
 Charges financières nettes  (55) 
(38) 
 Résultat avant impôts 1 537  29 
 Impôts (46) 
(58) 
 Résultat net total 1 491 
(29) 
 Intérêts minoritaires (8) 
(4) 
 Résultat net - part du Groupe 1 483 
(33) 

* Avant pertes de valeur.

CONTRIBUTION DES SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE

Le résultat des sociétés mises en équivalence (hors pertes de valeur) s’établit à + 1 M€, contre - 2 M€ à fin juin 2013.

ÉLÉMENTS NON RÉCURRENTS / NON OPÉRATIONNELS

Les éléments non récurrents / non opérationnels s’élèvent à - 47 M€, comprenant pour l’essentiel :
- des charges de restructuration pour - 22 M€ ;
- l’amortissement des actifs incorporels et les charges liées aux acquisitions des sociétés intégrées pour - 21 M€, dont - 13 M€ relatifs aux concessions chez Lagardère Services.

RÉSULTAT AVANT CHARGES FINANCIÈRES ET IMPÔTS

Il s'établit au 30 juin 2014 à 67 M€, contre 1 592 M€ au 30 juin 2013, qui comprenait la plus-value de cession de la participation dans EADS.

CHARGES FINANCIÈRES NETTES

Les charges financières nettes s’établissent à - 38 M€, en baisse de 17 M€ par rapport au 30 juin 2013. Cette évolution s’explique par les frais liés en 2013 à l’opération de rachat partiel de l’emprunt obligataire à échéance 2014.

IMPÔTS

La charge d’impôt s’établit à 58 M€, et comprend notamment 28 M€ d’impôt sur la distribution de dividendes. Cette charge d’impôt est en hausse de 12 M€ par rapport au 30 juin 2013 qui incluait un profit de 31 M€ correspondant à une reprise d’impôt différé passif associée à la dépréciation des titres de la Presse Magazine.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le résultat net total s’établit à - 29 M€, dont - 33 M€ pour la part du Groupe et 4 M€ pour les intérêts minoritaires.

RÉSULTAT NET AJUSTÉ - PART DU GROUPE

Le résultat net ajusté - part du Groupe (qui exclut les éléments non récurrents / non opérationnels) s’élève à 33 M€, stable par rapport au premier semestre 2013.

 (M€)  1er semestre 2013 
1er semestre 2014
 Résultat net - part du Groupe  1 483 
  (33) 
 Amortissements des actifs incorporels & frais liés aux acquisitions*  + 10 
 + 17 
 Pertes de valeur sur écarts d’acquisition et immobilisations corporelles et incorporelles*   + 263 
 + 2 
 Charges de restructuration*  + 12 
 + 17 
 Résultats de cession*  - 1 788 
 + 2 
 Impôts sur dividendes versés  + 40 
 + 28 
 Prime exceptionnelle pour les collaborateurs*
 + 13 
 / 
 Résultat net ajusté - part du Groupe  33 
 33 

* Net d’impôt.


III- AUTRES ÉLÉMENTS FINANCIERS

SOMME DES FLUX OPÉRATIONNELS ET D’INVESTISSEMENTS

 (M€)  1er semestre 2013 
1er semestre 2014
 MBA avant charges financières & impôts
178 
136 
 Variation du BFR
(91) 
(201) 
 Flux générés par l’activité
87 
(65) 
 Intérêts payés et encaissés et impôts payés
(98) 
 (61) 
 Flux opérationnels
 (11) 
(126) 
 Investissements corporels & incorporels
(163) 
(98) 
 Cessions d'actifs corporels & incorporels


 Free cash flow
(173) 
(217) 
 Investissements financiers
(47) 
(201) 
 Cessions d'actifs financiers
 2 381 
 27 
 (Augmentation) / diminution des placements financiers
14 
 / 
 Somme des flux opérationnels et d'investissements
2 175 
 (391) 

 

Les flux opérationnels s'élèvent à - 126 M€ au premier semestre 2014.

  • La marge brute d’autofinancement s’établit à 136 M€, reflétant notamment la réduction des dotations aux amortissements de droits sportifs chez Lagardère Unlimited, ainsi que le décaissement des charges de restructurations, notamment chez Lagardère Active.
  • La variation du BFR, traditionnellement négative au premier semestre, s’établit à - 201 M€, en baisse par rapport à un premier semestre 2013 atypique. Ce creusement est imputable à une évolution saisonnière défavorable chez Lagardère Publishing, sous l’effet d’une augmentation du poste avances auteurs aux États-Unis (renouvellement de contrats multi-titres) et du règlement de dettes auteurs en France (royalties sur les succès de 2013). On constate également une évolution négative chez Lagardère Unlimited, en raison des encaissements élevés reçus au 1er semestre 2013 sur le contrat CIO chez Sportfive International.
  • Les intérêts payés (nets des intérêts encaissés) s’établissent à - 4 M€, contre - 28 M€ à fin juin 2013, qui comprenaient les frais liés au rachat partiel de l’obligation émise en 2009.
  • Les impôts payés sont également en baisse à - 57 M€, contre - 70 M€ au premier semestre 2013 qui incluait une contribution additionnelle sur les dividendes versés supérieure (40 M€ en 2013 contre 28 M€ en 2014).

Les flux d’investissements sont en hausse, à 299 M€.

  • Les investissements corporels et incorporels représentent 98 M€, en baisse de 65 M€ par rapport au premier semestre 2013, en raison de la forte réduction des acquisitions de droits sportifs par Lagardère Unlimited.
  • Les investissements financiers représentent 201 M€, en hausse de 154 M€ par rapport au premier semestre 2013, et correspondent à des acquisitions chez Lagardère Publishing (Quercus et Constable & Robinson au Royaume-Uni), chez Lagardère Services (Gerzon à Amsterdam, Groupe Airest en Italie) et chez Lagardère Unlimited (Casino de Paris).

Le montant des cessions d'actifs financiers s’établit à 27 M€. Il est lié pour l’essentiel aux cessions de la participation détenue dans Because chez Lagardère Active, et des titres Viel & Compagnie (dans les autres activités).

Au total, la somme des flux opérationnels et d'investissements représente un décaissement net de 391 M€ contre un encaissement net de 2 175 M€ au 30 juin 2013, qui comprenait 2 381 M€ de cessions d’actifs (essentiellement EADS et Amaury).

SITUATION FINANCIÈRE

L’endettement net s’établit à 1 091 M€ au 30 juin 2014, quasi stable par rapport au 30 juin 2013 (900 M€) et en hausse par rapport au 31 décembre 2013 (position de trésorerie nette excédentaire de + 361 M€). Cette évolution est essentiellement imputable à la distribution des dividendes ordinaire et exceptionnel (959 M€), à la variation négative du BFR au 1er semestre 2014 et aux acquisitions réalisées.

La situation de liquidité du Groupe demeure solide, avec 2 184 M€ de liquidités disponibles (trésorerie et placements financiers au bilan de 539 M€, et lignes de crédit autorisées et non tirées de 1 645 M€). L’échéancier de la dette demeure équilibré, la première échéance importante se situant en octobre 2014 (remboursement du solde de l’obligation émise fin 2009, pour 640 M€).

IV- PERSPECTIVES – OBJECTIF

OBJECTIF D’ÉVOLUTION DU RÉSOP MÉDIA CONFIRMÉ

Les résultats du 1er semestre, conformes aux prévisions, ainsi que les perspectives pour le 2d semestre, permettent de confirmer l’objectif de Résop Média pour l’année 2014 tel que communiqué en mars dernier.
Ainsi, en 2014, le Résop Média devrait connaître une nouvelle croissance, comprise entre 0 % et 5 % par rapport à 2013 (à change constant et hors effet de la cession éventuelle de la Distribution).

 

(1) Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées des quatre branches opérationnelles : voir définition en fin de communiqué.
(2) En données brutes.
(3) Résop des quatre branches opérationnelles et des autres activités.
(4) Hors éléments non récurrents / non opérationnels.
(5) Trésorerie et placements financiers au bilan et lignes de crédits autorisées non tirées.
(6) Périmètre et taux de change constants.
(7) Ouvrages destinés au grand public.
(8) Ouvrages destinés au grand public – adulte.
(9) Coupe d’Afrique des nations.
(10) Asian Football Confederation.

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Publication du chiffre d’affaires du troisième trimestre 2014 le 13 novembre 2014 à 17h35.

RAPPEL DE DÉFINITION DU RÉSOP
Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées est défini comme la différence entre le résultat avant charges financières et impôts et les éléments suivants du compte de résultat :

  • contribution des sociétés mises en équivalence ;
  • plus ou moins-values de cession d’actifs ;
  • pertes de valeur sur écarts d’acquisition, immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • charges de restructuration ;
  • éléments liés aux regroupements d’entreprises :
    - frais liés aux acquisitions ;
    - profits et pertes découlant des ajustements de prix d’acquisition ;
    - amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions.
 
La conférence téléphonique de présentation des résultats est retransmise, ce jour, en direct sur Internet : www.lagardere.com

Contacts Presse

Contact Relations Investisseurs

Lagardère est un groupe de médias diversifié (Livre et e-Publishing ; Travel Retail et Distribution ; Presse, Audiovisuel, Numérique et Régie publicitaire ; Sports et Entertainment) comptant parmi les leaders mondiaux.
Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris.
www.lagardere.com

Avertissement :
Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l’opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.
Nous vous invitons à vous référer au Document de référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.
Lagardère SCA n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation qui serait faite de ces déclarations.

Lagardère