Afin de réaliser des statistiques de visites et d'améliorer l'expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies.

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies de mesure d'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

We use cookie technology to measure our online audience in order to compile statistics on website visits and improve the browsing experience for our website's users. 
By using our website, you consent to the use of cookies for audience measurements. Click here for more information on cookies and how to set your preferences

Communiqués de presse

Retour

Paris, le 13 mai 2014

Chiffre d'affaires du 1er trimestre 2014 : 1 526 M€ (- 5,6 % en données comparables(1))

Lagardère maintient son objectif de Résop(2) Média pour 2014 


Réécouter la conférence téléphonique (version anglaise)

Au 1er trimestre 2014, le chiffre d'affaires s'établit à 1 526 M€, contre 1 627 M€ au 1er trimestre 2013, soit - 6,2 % en données brutes, et - 5,6 % à données comparables.

L'écart entre les données brutes et comparables s'explique par un effet de change (- 27 M€). Cet écart est lié à la baisse du cours des dollars australien, américain et canadien, partiellement compensée par un effet périmètre positif (+ 16 M€). Celui-ci est dû pour l'essentiel aux acquisitions réalisées chez Lagardère Services (aéroport de Schiphol à Amsterdam) et, dans une moindre mesure, chez Lagardère Active (Groupe Réservoir).

À retenir par branche :
- Lagardère Publishing : chiffre d'affaires de 393 M€ (- 6,3 % en données brutes et - 5,3 % en données comparables). Cette variation s'explique par le niveau très élevé de chiffre d'affaires en 2013 (succès spectaculaire de la trilogie Fifty Shades en France). Notons que le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2014 est stable par rapport à la même période en 2012.
- Lagardère Services : chiffre d'affaires de 858 M€ (- 2,1 % en données brutes et - 0,9 % à données comparables). Hors effet de l'arrêt des ventes de tabac en Hongrie, l'activité serait en progression de + 1,5 %. Le Travel Retail poursuit donc sa croissance (+ 5,4 % à taux de change constants).
- Lagardère Active : chiffre d'affaires de 202 M€ (- 8,9 % en données brutes et - 10,7 % à données comparables). Cette variation s'explique en grande partie par un effet de comparaison dans la Production TV, avec un 1er trimestre 2013 qui avait été exceptionnellement fort (+ 82,1 % par rapport au 1er trimestre 2012). Hors Production TV, l'évolution du chiffre d'affaires est limitée à - 5,6 % à données comparables. Celle-ci est essentiellement liée à une baisse de la publicité de - 6,5 %, alors que la diffusion connaît un net ralentissement de son érosion, à - 1,6 %.
- Lagardère Unlimited : chiffre d'affaires de 73 M€ (- 33 % en données brutes et à données comparables), conforme aux prévisions, intégrant l'absence de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) et la forte réduction de l'activité de Droits médias en Europe. 

I. CHIFFRE D'AFFAIRES ET ACTIVITÉ DU GROUPE

   Chiffre d'affaires (M€)   Variation
2014 / 2013
 T1 2013  T1 2014  à données
brutes
à données
comparables
 LAGARDÈRE
1 627 1 526
- 6,2 %
- 5,6 %*
Lagardère Publishing
419 393
- 6,3 %
- 5,3 %
Lagardère Services
876 858
- 2,1 %
- 0,9 %**
Lagardère Active
222 202
- 8,9 %
- 10,7 %
Lagardère Unlimited 110 73
- 33,0 %
- 32,9 %

* - 4,3 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.
** + 1,5 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie.

  • Lagardère Publishing

Performance marquée par l’effet Fifty Shades du 1er trimestre 2013.

Au 1er trimestre 2014, la variation de l’activité (- 6,3 % en données brutes et - 5,3 % à données comparables) est essentiellement imputable à l’effet de comparaison avec un 1er trimestre 2013 qui avait connu de nombreux best-sellers (notamment la trilogie Fifty Shades dont 1,8 million d’exemplaires avaient été commercialisés en France). Ainsi, par rapport au 1er trimestre 2012, le niveau d’activité est stable.

L’écart entre les données brutes et les données comparables s’explique par un effet de change (- 6 M€) lié notamment au dollar US et au rouble.

En France, l’activité reflète l’absence de l’effet Fifty Shades du 1er trimestre 2013, partiellement compensé par la progression de l’Illustré.

Dans les pays anglo-saxons, l’activité est en légère diminution en ce début d’année, en raison d’un programme de nouveautés moins riche et de certains reports de parution.

La variation du chiffre d’affaires de la zone Espagne / Amérique latine (- 8,6%) s’explique notamment par un report de commandes dans l’Éducation en Argentine, alors que l’Espagne bénéficie d’un début de reprise à la faveur de l’amélioration du contexte économique.

Les Fascicules poursuivent leur solide croissance sur l’ensemble des marchés, à + 10,9 %, grâce au succès des lancements du 2d semestre 2013 en Russie, au Japon et en France.

Le livre numérique poursuit sa dynamique chez Lagardère Publishing, qui surperforme un marché en stabilisation : l’e-book représente désormais 13,4 % du chiffre d’affaires de la branche (contre 12,4 % au premier trimestre 2013). Il demeure toujours concentré dans les pays anglo-saxons, avec toutefois une situation différente :
- aux États-Unis, le chiffre d’affaires des livres numériques de Lagardère Publishing est désormais en voie de stabilisation (34 % du chiffre d’affaires Trade(3), comme au 1er trimestre 2013), dans un marché en légère contraction ;
- au Royaume-Uni, le livre numérique poursuit sa croissance et représente 40 % du chiffre d’affaires Adult trade(4) au 1er trimestre 2014 (contre 31 % pour la même période l’an dernier).

Notons que le 1er trimestre représente traditionnellement, hors programme de publication exceptionnel, un poids relativement faible sur l’ensemble de l’année.

  • Lagardère Services

Poursuite de la dynamique du Travel Retail.

Le chiffre d’affaires de la branche s’élève à 858 M€ (- 2,1 % en données brutes et - 0,9 % à données comparables), avec un effet de change très défavorable ce trimestre de - 19 M€ (baisse des dollars australien et canadien), partiellement contrebalancé par un effet périmètre positif de + 9 M€, principalement lié à l’acquisition des activités de mode de l’aéroport de Schiphol (Amsterdam).
Comme au 2d semestre 2013, l’interdiction des ventes de tabac en Hongrie a un impact négatif significatif sur le chiffre d’affaires. Hors cet effet, le chiffre d’affaires est en croissance (+ 1,5 % à données comparables).
En comparable, la croissance des activités de Travel Retail (+ 3,3 %) se poursuit et compense quasiment la baisse de la Distribution (- 7,1 % ou - 1,3 % hors effet de l’arrêt des ventes de tabac en Hongrie).

Les activités de Travel Retail représentent désormais 61,8 % du chiffre d’affaires de la branche, contre 59 % au 1er trimestre 2013.

LS travel retail : + 3,3 % en comparable et + 5,4 % à change constant
L’activité est toujours portée par : la croissance du trafic, l’amélioration du mix produits, le développement des réseaux Duty Free et Restauration, la modernisation de points de vente ainsi que le développement de nouveaux concepts.

Ce secteur est confronté à un contexte économique difficile, à l’érosion de la diffusion de la presse, à la forte dévaluation du rouble et à de nouvelles réglementations en Chine, ces deux derniers facteurs ayant un impact sur les dépenses des voyageurs russes et chinois. Enfin, le trimestre a été marqué en Europe et dans le Pacifique par le décalage des vacances de Pâques sur le mois d’avril.

En France, l’activité est quasi-stable (- 0,9 %) avec une hausse du Duty Free, et une dynamique moins forte chez Relay avec l’érosion des produits imprimés.

En Europe occidentale, l’activité est en forte progression en Italie (+ 18 %). Elle bénéficie des actions menées dans l’aéroport de Rome (accroissement des surfaces commerciales, modernisation et aménagement des points de vente, formation des équipes), mais également en Allemagne (+ 5,2 %), portée par le développement du segment Restauration.

L’activité est en progression en Europe centrale grâce au développement des réseaux Restauration et Duty Free : + 5,6 % en République tchèque, + 14,6 % en Bulgarie.

En Amérique du Nord, l’activité enregistre une forte hausse (+ 10,7 %) grâce notamment à la croissance du réseau (ouverture de points de vente dans les aéroports de Los Angeles, Houston et New York JFK).

L’Asie-Pacifique poursuit sa forte progression (+ 10,5 %), avec en particulier d’excellentes performances des activités de mode en Chine.

Notons que traditionnellement le premier trimestre de l’année représente un poids faible dans l’activité annuelle.

LS distribution (Distribution et Retail intégré) : - 7,1 % en comparable, - 1,3 % hors effet de l’interdiction des ventes de tabac en Hongrie
Comme attendu, la tendance s’améliore avec une baisse de l’activité limitée à - 1,3 % (hors effet tabac en Hongrie). D’une part, grâce à la poursuite des initiatives de diversification, notamment en Suisse où l’activité connaît une très légère croissance (+ 0,2 %). D’autre part, à un rythme moins soutenu d’érosion des produits imprimés par rapport à 2013. Le début d’année a été marqué en Amérique du Nord par des conditions climatiques difficiles, affectant fortement la distribution de la presse.

  • Lagardère Active

L’évolution du chiffre d’affaires, à 202 M€, (- 8,9 % en données brutes et - 10,7 % à données comparables), s’explique essentiellement par un effet défavorable du calendrier des livraisons de Production TV, dont le niveau avait été extrêmement élevé au 1er trimestre 2013.

L’écart entre les données brutes et les données comparables s’explique essentiellement par un effet de périmètre positif (+ 4 M€), lié à l’acquisition de Groupe Réservoir (Production TV en France).

Hors Production TV, l’évolution du chiffre d’affaires est limitée à - 5,6 %, imputable essentiellement à des recettes publicitaires à - 6,5 %. La situation de la Diffusion s’améliore.

Le chiffre d’affaires de la Presse Magazine France ressort à - 6 %, en raison d’un marché publicitaire difficile. La diffusion affiche une évolution de l’activité plus limitée, à - 1,6 %, grâce à un effet prix positif (hausse des prix au numéro).

Les Radios connaissent une évolution contrastée, à - 2,4 %, avec une hausse chez Europe 1 (+ 0,4 %) et à l’international (+ 0,4 %) compensée par de moins bonnes performances sur les radios musicales.

Comme attendu, la Production TV est en très forte baisse en début d’année (- 49,5 %), en comparaison d’un 1er trimestre 2013 exceptionnel (+ 82,1 % par rapport au 1er trimestre 2012) qui avait connu d’importantes livraisons tant sur les programmes de stock (Clem, Odysseus, Famille d’accueil, Nos chers voisins) que de flux (Si près de chez vous). Les activités de Chaînes TV sont en légère diminution (- 2,3 %).

Le Numérique connaît des évolutions variables, avec la bonne performance de BilletReduc.com, de Doctissimo et de Newsweb. Le groupe LeGuide est affecté par l’offensive de Google sur le marché des guides shopping. Une procédure est actuellement en cours à la Commission européenne qui attend de Google le rétablissement d’un environnement concurrentiel plus équilibré.

  • Lagardère Unlimited

Comme attendu l’activité est affectée par l’absence de la CAN et par la forte réduction de l’activité de Droits médias en Europe, conformément à la stratégie mise en oeuvre.

Le chiffre d’affaires s’établit à 73 M€ (- 33 % en données brutes et comparables).

L’évolution de l’activité au 1er trimestre 2014 s’explique essentiellement par un effet calendaire chez Sportfive, lié à la non occurrence des matches de qualification (fédérations européennes) pour la Coupe du monde de football en 2014, ainsi que par la non occurrence de la Coupe d’Afrique des nations qui avait significativement contribué à la performance du 1er trimestre 2013.

L’activité de World Sport Group est en croissance (+ 2,6 %). La performance des autres filiales est conforme aux attentes.

II. Faits marquants depuis le 1er janvier 2014

Le 2 avril 2014, le Groupe a conclu un accord portant sur la cession de ses 10 titres de presse à un consortium d’entrepreneurs des médias et du numérique. La reprise de l’exploitation des magazines par les repreneurs devrait être réalisée d’ici à la fin août 2014.

Le 16 avril 2014, Lagardère Services et SAVE (aéroport de Venise) ont annoncé la finalisation de l'acquisition de 50 % du capital du Groupe Airest par Lagardère Services. Ce partenariat industriel avait déjà été annoncé le 19 septembre 2013.

Le 6 mai 2014, lors de l’Assemblée Générale, les actionnaires ont approuvé toutes les résolutions proposées, notamment celles relatives à la distribution exceptionnelle de 6 euros, à la rémunération de la Gérance, au renouvellement de membres du Conseil de Surveillance et à la nomination d’un nouveau membre (Yves Guillemot).

III. Perspectives

  • Profitabilité

Lagardère maintient son objectif de Résop Média annoncé le 12 mars dernier. En 2014, il devrait connaître une nouvelle croissance, comprise entre 0 % et 5 % par rapport à 2013 (à change constant et hors effet de la cession éventuelle de la Distribution).

  • Situation financière

La situation financière du Groupe demeure solide, et devrait passer d’une position de trésorerie nette positive à fin 2013 à une position d’endettement net au 30 juin 2014, compte tenu du paiement du dividende ordinaire et de la distribution exceptionnelle, ainsi que de la saisonnalité négative habituelle du 1er semestre.

 

Prochains rendez-vous

  • Investor Day Lagardère
    Un Investor Day dédié à la stratégie du Groupe aura lieu le 28 mai 2014, à Paris.
  • Publication des résultats du premier semestre 2014
    Les résultats semestriels seront publiés le 31 juillet 2014 à 17 h 35. Une conférence téléphonique se tiendra le même jour à 17 h 45.
  • Publication du chiffre d’affaire du troisième trimestre 2014
    Le chiffre d’affaires du troisième trimestre sera publié le 13 novembre 2014 à 17h35. Une conférence téléphonique se tiendra le même jour à 17h45.

 

(1) Périmètre et taux de change constants.
(2) Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées. Voir définition en fin de communiqué.
(3) Ouvrages destinés au grand public.
(4) Ouvrages destinés au grand public - adulte.

RAPPEL DE DÉFINITION DU RÉSOP

Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées est défini comme la différence entre le résultat avant charges financières et impôts et les éléments suivants du compte de résultat :

  • contribution des sociétés mises en équivalence ;
  • plus ou moins-values de cession d’actifs ;
  • pertes de valeur sur écarts d’acquisition, immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • charges de restructuration ;
  • éléments liés aux regroupements d’entreprises :
    - frais liés aux acquisitions ;
    - profits et pertes découlant des ajustements de prix d’acquisition ;
    - amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions.

Contacts Presse

Contact Relations Investisseurs

Lagardère est un groupe de médias diversifié (Livre et e-Publishing ; Travel Retail et Distribution ; Presse, Audiovisuel, Numérique et Régie publicitaire ; Sports et Entertainment) comptant parmi les leaders mondiaux.
Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris.
www.lagardere.com

Avertissement :
Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l’opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.
Nous vous invitons à vous référer au Document de référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.
Lagardère SCA n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation qui serait faite de ces déclarations.

Lagardère