Afin de réaliser des statistiques de visites et d'améliorer l'expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies.

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies de mesure d'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

We use cookie technology to measure our online audience in order to compile statistics on website visits and improve the browsing experience for our website's users. 
By using our website, you consent to the use of cookies for audience measurements. Click here for more information on cookies and how to set your preferences

Press releases

Go back

Le 11 décembre 2017

Des auteurs couronnés

Nombreux prix littéraires pour les maisons d'édition de Hachette Livre


Prix Renaudot : La Disparition de Josef Mengele, d’Olivier Guez (Grasset)

guez-renaudot.jpgLe livre

1949 : Josef Mengele arrive en Argentine. Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

240 pages
18,50 €

 


L’auteur

Olivier Guez est l’auteur, entre autres, de L’Impossible retour, une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945 (Flammarion), Éloge de l’esquive (Grasset) et Les Révolutions de Jacques Koskas (Belfond). Il a reçu en 2016 le prix allemand du meilleur scénario pour le film Fritz Bauer, un héros allemand.

Lire un extrait


La vidéo d’Olivier Guez présentant La Disparition de Josef Menguele

 

 



Grand prix du roman de l'Académie française : Mécaniques du chaos, de Daniel Rondeau (Grasset)

rondeau-af-c.jpgLe livre

Et si la fiction était le meilleur moyen pour raconter un monde où l’argent sale et le terrorisme mènent la danse ? Ils s’appellent Grimaud, Habiba, Bruno, Rifat, Rim, Jeannette, Levent, Emma, Sami, Moussa, Harry. Ce sont nos contemporains. Otages du chaos général, comme nous. Dans un pays à bout de souffle, le nôtre, pressé de liquider à la fois le sacré et l’amour, ils se comportent souvent comme s’ils avaient perdu le secret de la vie. Chacun erre dans son existence comme en étrange pays dans son pays lui-même.
Mécaniques du chaos est un roman polyphonique d’une extraordinaire maîtrise qui se lit comme un thriller. Il nous emporte des capitales de l’Orient compliqué aux friches urbaines d’une France déboussolée, des confins du désert libyen au cœur du pouvoir parisien, dans le mouvement d’une Histoire qui ne s’arrête jamais.

464 pages
22 €

 

L’auteur

Daniel Rondeau est écrivain. Il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, parmi lesquels des romans (Dans la marche du temps), des portraits de villes méditerranéennes (Tanger, Istanbul, Carthage, Alexandrie), des récits autobiographiques (L’Enthousiasme, les Vignes de Berlin), des livres d’intervention (Chronique du Liban rebelle).

Lire un extrait

La vidéo de Daniel Rondeau présentant Mécaniques du chaos

 

 


Prix Interallié, prix Jean Giono et prix Erwan Bergot : La Nostalgie de l'honneur, de Jean-René Van der Plaetsen (Grasset)


couv_prix_jrvdp.jpgLe livre

« C’est un fait : notre époque n’a plus le sens de l’honneur. Et c’est pourquoi, ayant perdu le goût de l’audace et du panache, elle est parfois si ennuyeuse. Alors que le cynisme et le scepticisme progressent chaque jour dans les esprits, il m’a semblé nécessaire d’évoquer les hautes figures de quelques hommes que j’ai eu la chance de connaître et de côtoyer. Comme Athos ou Cyrano, c’étaient de très grands seigneurs. Ils avaient sauve l’honneur de notre pays en 1940. Gaulliste de la première heure, mon grand-père maternel était l’un d’entre eux. Sa vie passée a guerroyer, en Afrique, en Europe ou en Extrême-Orient, pleine de fracas et de combats épiques dont on parle encore aujourd’hui, est l’illustration d’une certaine idée de l’honneur. Qu’aurait-il pense de notre époque ? Je ne le sais que trop. C’est vers lui que je me tourne naturellement lorsqu’il m’apparaît que mes contemporains manquent par trop d’idéal. Ce héros d’hier pourrait-il, par son exemple, nous inspirer aujourd’hui ? C’est dans cet espoir, en tout cas, que j’ai eu envie, soudain, de revisiter sa grande vie. » 

240 pages
19 €


L’auteur

Jean-René Van der Plaetsen est directeur délégué de la rédaction du Figaro Magazine. La Nostalgie de l’honneur est son premier livre.

Lire un extrait


La vidéo de Jean-René Van der Plaetsen présentant La Nostalgie de l'honneur

 

 


Prix Femina essai : Mes pas vont ailleurs, de Jean-Luc Coatalem (Stock)

coatalem-bando.jpgLe livre

Mai 1919. Victor Segalen est retrouvé mort, couché dans un petit bois, au cœur du Finistère. Partant du mystère qui entoure la mort de Segalen (suicide ? Accident ?), Jean-Luc Coatalem suit les empreintes de l’écrivain-voyageur, breton, comme lui, Brestois, aussi. Militaire, marin et poète, auteur d’une œuvre labyrinthique que, de son vivant, personne n’aura soupçonnée. En 1903, Segalen pélerine sur les traces de Gauguin, aux îles Marquises. En 1905, à Djibouti, sur celles de Rimbaud. En 1909, il traverse la Chine, en jonque, en train et à cheval, et il recommencera. En 1910, il se risque dans le dédale de la Cité interdite de Pékin, derrière un séduisant jeune homme, espion et amant de l’impératrice. Puis il réside seul à Hanoi, rêve au Tibet, et achète son opium. Il meurt à quarante et un ans, dans la forêt légendaire du Huelgoat, un Shakespeare à la main, la jambe entaillée, au-dessus d’un Gouffre, loin de son épouse et de cette autre femme qu’il aime.
Revisitant l’œuvre de Segalen, les lettres à ses deux amours, ses nombreux voyages, Coatalem fait apparaître les résonances, nombreuses, la complicité littéraire et l’écrivain compagnon, composant par ces prismes mêlés, le roman de sa vie, au plus près d’un Segalen vivant et vibrant.

288 pages
19,50 €


L’auteur

Jean-Luc Coatalem, écrivain et rédacteur en chef adjoint au magazine Géo, a publié notamment Je suis dans les mers du Sud (Grasset, 2001), un essai sur Paul Gauguin, prix des Deux Magots et prix Bretagne, Le Gouverneur d’Antipodia (Le Dilettante, 2012), prix Nimier, Nouilles froides à Pyongyang (Grasset, 2013), et dernièrement Fortune de mer (Stock, 2014).

Lire un extrait

La vidéo de Jean-Luc Coatalem présentant Mes pas vont ailleurs

 

 


Prix Médicis étranger : Les huit montagnes, de Paolo Cognetti (Stock)

bande_paolo_cognetti3-400.jpgLe livre

« Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus  de nos têtes. »

Pietro est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes.  Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana,  au coeur du val d’Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la  montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers,  puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.
Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès  de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son  passé – et son avenir.
Dans une langue pure et poétique, Paolo Cognetti mêle  l’intime à l’universel et signe un grand roman d’apprentissage  et de filiation.
Traduit de l’italien par Anita Rochedy

Collection : La Cosmopolite
304 pages
21,50 €

 



L’auteur

Paolo Cognetti, né à Milan en 1978, est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles, d’un guide littéraire de New York, et d’un carnet de montagne. Les Huit Montagnes, son premier roman, en cours de traduction dans 36 pays, a reçu le prix Strega.

Lire un extrait

La vidéo de Paolo Cognetti présentant Les huit montagnes

 

 


Prix Grands Destins (par Le Parisien Magazine) : Gabriële, d’Anne et Claire Berest (Stock)

Ce prix couronne un témoignage, une biographie ou un récit de vie d'un auteur contemporain en langue française.

gabriele.jpgLe livre

Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son œuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient «  la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire. Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Étival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d’un XXe  siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société.
Anne et Claire Berest sont les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia.

450 pages
21,50 €

 

 



Les auteurs

Avant de devenir écrivain, Anne Berest a dirigé la revue du Théâtre du Rond-Point. Elle publie son premier roman en 2010, La Fille de son père. Suivent Les Patriarches (Grasset, 2012), Sagan 1954 (Stock, 2014) et Recherche femme parfaite (Grasset, 2015). Elle est aussi le co-auteur du best-seller How to be Parisian wherever you are, traduit dans plus de trente-cinq langues.
Claire Berest publie son premier roman, Mikado, à 27 ans. Suivront deux autres romans : L’Orchestre vide et Bellevue (Stock, 2016) et deux essais : La Lutte des classes, pourquoi j’ai démissionné de l’Éducation nationale, et Enfants perdus, enquête à la brigade des mineurs, sorti en poche en 2015.

Lire un extrait

La vidéo d’Anne et Claire Berest présentant Gabriële

 

 


Grand prix Sport et Littérature : Scènes de boxe, d’Elie Robert-Nicoud (Stock)

scenes-de-boxe.jpgLe livre

La boxe n’est pas un sport. Elle est une identité faite de douleur, de lumière, de rédemption, de pauvreté, de gloire, de défaites. Elle est un genre au même titre que les films noirs ou le jazz. Elle a ses codes et ses destins cabossés, celui de Max Baer, hanté par les deux hommes qu’il a tués sur le ring, Barney Ross, orphelin comme Mike Tyson, Jimmy Braddock, docker devenu champion du monde, sans oublier quelques figures tutélaires, Jack Johnson, Floyd Mayweather ou Joe Frazier.
Ils sont tous là, dans ces Scènes de boxe, perpétuant la légende sans cesse recommencée.

224 pages
18,50 €

Lire un extrait

 

 

 

 

 

 


Prix du Quai des Orfèvres 2018 : Tension extrême, de Sylvain Forge (Fayard)

px-quai-orfevre.jpgLe livre

Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l'intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle. Alors que les victimes s'accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l'école et son adjointe issue du "36" affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Parution : 15/11/2017
408 pages
8,90 €

Lire un extrait

 

 

 

 

 

La vidéo de Sylvain Forge présentant Tension extrême

 

 


Prix Audiolib : Petit pays, de Gaël Faye

petit-pays.jpgEn 2016, Gaël Faye a remporté le Goncourt des lycéens, le prix du Roman Fnac ainsi que le prix du Premier roman pour cette histoire sur un enfant burundais, Gabriel, qui subit la violence de plein fouet, à travers la séparation de ses parents et la guerre civile qui éclate dans son pays. Publié chez Grasset, Petit pays a été réédité en septembre 2017 par Le Livre de poche.
Le 5 octobre, le prix Audiolib 2017 a été décerné à Gaël Faye pour Petit pays. Une double récompense pour la plume de l’auteur et sa magnifique lecture de ce roman poignant et plein de finesse. Un prix partagé par le musicien Samuel Kamanzi qui a réalisé le magnifique et envoûtant habillage musical du livre audio et par le studio d’enregistrement Novaspot qui a enregistré Petit pays pour Audiolib.

Résumé du livre audio

« Au temps d’avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c’était le bonheur, la vie sans se l’expliquer. Si l’on me demandait "Comment ça va ?" je répondais toujours "Ça va !". Du tac au tac. Le bonheur, ça t’évite de réfléchir. C’est par la suite que je me suis mis à considérer la question. » Gaël Faye

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son « petit pays », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire. Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Durée : 5h40
20 €
Livre audio 1 CD mp3 - Suivi d'un entretien avec l'auteur (390 Mo)
En Téléchargement : 18 € (format : audionumérique)


L’auteur

Franco-rwandais, Gaël Faye est auteur-compositeur-interprète de rap. Aussi influencé par les littératures créoles que par la culture hip hop, il sort un album en 2010 avec le groupe Milk Coffee & Sugar (révélation Printemps de Bourges). En 2013 paraît son premier album solo, Pili Pili sur un Croissant au Beurre. Enregistré entre Bujumbura et Paris, il se nourrit d’influences musicales plurielles : du rap teinté de soul et de jazz, du semba, de la rumba congolaise, du sébène… Il a obtenu en 2014 le prix Charles Cros des lycéens et enregistre en 2016 un deuxième album : Rythmes et Botanique. Petit pays est son premier roman.

La vidéo du prix Audiolib 2017

Hachette Livre