Communiqués de presse

Retour

Paris, le 30 août 2012

Résultats du Premier Semestre 2012

Objectif de Résop Média 2012 maintenu
Bonne résistance de l'activité dans un environnement économique difficile
  • Chiffre d'affaires stable : 3 389 M€, - 0,2 % à données comparables(1)
  • Résop Média(2) : 112 M€, soit - 21 M€ hors PMI et radios en Russie
  • Résultat net - part du Groupe : 36 M€, soit + 8 M€
Une situation financière toujours solide
  • Très bon niveau de liquidité (1 573 M€ de liquidités disponibles(3))
  • Endettement net : 1 729 M€, stable par rapport au 30 juin 2011

 

Principaux éléments du premier semestre 2012 :

  • Le groupe Lagardère a démontré sa capacité de résilience dans un environnement difficile.
  • Les nouveaux axes de développement du Groupe (Numérique, Production TV, Travel Retail) ont poursuivi leur dynamique de croissance. Le chiffre d'affaires demeure stable à 3 389 M€ à données comparables (- 0,2 %), en baisse de 9 % en données brutes, l'écart s'expliquant essentiellement par un effet de périmètre négatif lié aux cessions de la Presse Magazine Internationale (PMI) et des activités de Radio en Russie.
  • Le Résultat opérationnel courant média (Résop) s'élève à 112 M€, en baisse de 56 M€ en données brutes et de 21 M€ hors PMI et radios en Russie.
    - Lagardère Publishing est confronté à des conditions de marché défavorables. À noter que la profitabilité du second semestre sera significativement supérieure à celle du premier semestre, en raison d'effets de saisonnalité.
    - Lagardère Active affiche un Résop en progression de 14 M€ (hors cessions de la PMI et des radios en Russie), grâce aux bonnes performances des activités de Production et de chaînes TV couplées à une bonne maîtrise des coûts.
    - Lagardère Services bénéficie de la progression de la profitabilité du Travel Retail et intègre un effet de périmètre négatif lié à la mise en équivalence de certaines activités aéroportuaires antérieurement consolidées par intégration globale, et désormais opérées au sein de joint-ventures (- 5 M€ sur le Résop).
    - Lagardère Unlimited a comptabilisé une provision pour risque sur le contrat avec le CIO (commercialisation des droits médias pour les Jeux olympiques 2014 et 2016) d'un montant de 22 M€. Pour rappel, cette provision constitue l'un des trois éléments non inclus dans l'objectif de Résop Média 2012 présenté le 8 mars dernier. Hors cette provision, le résultat progresse de 5 M€.
  • Le résultat net - part du Groupe s'établit à 36 M€, en progression de 8 M€, notamment grâce à une hausse de la contribution d'EADS et à une charge d'impôt moindre.
  • Le free cash flow(4), négatif comme tous les ans au premier semestre, s'établit à - 97 M€, en amélioration par rapport au premier semestre 2011, grâce à une meilleure variation du besoin en fonds de roulement (BFR).

I- CHIFFRE D'AFFAIRES ET ACTIVITÉ DU GROUPE


Le chiffre d'affaires de Lagardère SCA sur le premier semestre 2012 s'élève à 3 389 M€, en baisse en données brutes (- 9 %), stable à données comparables (- 0,2 %). 

 
Chiffre d'affaires (M€)
Variation
2012/2011
brute
Variation 2012/2011
à données
comparables
1er semestre 2011

1er semestre 2012

 LAGARDÈRE 3 724

3 389

- 9 %
- 0,2 %
  • Lagardère Publishing
900 905
0,5 %
- 2,4 %
  • Lagardère Active
807 450
- 44,2 %
- 3,7 %
  • Lagardère Services
1 804 1 821
1 %
2,4 %
  • Lagardère Unlimited
213 213
=
- 5,2 %


L'écart entre les données brutes et les données comparables s'explique principalement par un effet de périmètre négatif de - 368 M€ (essentiellement lié aux cessions de la PMI et des activités de Radio en Russie). L'effet de change est positif (40 M€).

  • Lagardère Publishing

Chiffre d'affaires de 905 M€, en progression de 0,5 % en données brutes et en baisse de - 2,4 % à données comparables, l'écart s'expliquant essentiellement par un effet de change positif (30 M€). Au second semestre les perspectives sont positives.

Au premier semestre 2012, le livre numérique poursuit sa progression. Il représente 8,4 % (contre 6 % à fin décembre 2011) du chiffre d'affaires total de Lagardère Publishing, et respectivement 27 % et 23 % du chiffre d'affaires Adult trade(5) aux États-Unis et au Royaume-Uni à fin juin 2012. En France, le lancement de nouvelles liseuses numériques, intervenu en fin d'année 2011, constitue de nouvelles perspectives de développement.

Ce premier semestre a été marqué par une contraction sensible des marchés sur l'ensemble des pays où la branche opère, notamment au deuxième trimestre dans les pays anglo-saxons et en Espagne.

En France, dans un marché en baisse de 4 à 5 %, l'activité globale résiste à - 2,9 % grâce notamment à de bonnes performances dans l'Illustré.

En Espagne, l'activité est en repli (- 10,7 %) en raison de l'environnement économique et de décalages de facturation dans l'Éducation.

Au Royaume-Uni, les tendances sur le Trade et la faillite de RedGroup (pour les activités à l'international) impactent toujours négativement l'activité (- 7,6 %).

Aux États-Unis, l'activité est également en recul (- 4 %), en raison d'une frontlist(6) moins forte.

  • Lagardère Active

Chiffre d'affaires de 450 M€ au premier semestre 2012, en baisse de 3,7 % à données comparables et de 44,2 % en données brutes. L'écart entre les données brutes et les données comparables s'explique essentiellement par la cession de la PMI et des radios en Russie.

Les activités de Production audiovisuelle et de Télévision affichent de belles performances, avec respectivement une croissance de 13,5 % et de 2,7 %.

La contraction du marché publicitaire et l'érosion de la diffusion expliquent la baisse du chiffre d'affaires de la Presse Magazine France (-4,9%) et celle des Radios pour respectivement 5,4 % en France et 8,4 % à l'international.

Au total, le chiffre d'affaires publicitaire est en recul de 6,9 %. 

  • Lagardère Services

Chiffre d'affaires de 1 821 M€ au premier semestre 2012, en hausse de 1 % en données brutes et de 2,4 % en données comparables. L'écart entre les données brutes et comparables s'explique essentiellement par un effet périmètre négatif (- 31 M€), consécutif à la mise en équivalence de certaines activités dans les aéroports de Paris et de Lyon, désormais opérées au sein de joint-ventures. L'effet de change est légèrement positif (5,5 M€).

Le mix d'activités de la branche poursuit la mutation engagée avec un Travel Retail qui représente désormais 56 % du total (+ 3 points par rapport au premier semestre 2011), contre 44 % pour LS distribution (Retail intégré et Distribution de presse).

Au premier semestre 2012, les activités de LS travel retail ont continué à jouer un rôle moteur, avec une progression de 9,1 % (à données comparables), portées par l'évolution du trafic aérien mondial (+ 5 % dans le monde, + 2 % en Europe, + 9 % en Asie-Pacifique)(7). En France, la croissance du chiffre d'affaires atteint 8,4 % grâce aux bonnes performances des activités Duty Free & Luxury (Aelia) qui progressent de 18,2 % sous les effets de la reprise des activités mode dans les aéroports de Paris et de la modernisation des points de vente. Relay croît également de + 3,2 %.

En Europe de l'Est, les ventes affichent également une forte progression (+ 15,4 %, notamment portée par le Duty Free) tout comme en Asie-Pacifique (+ 6,3 %), avec un bon niveau d'activité notamment à Singapour.

LS distribution continue de décroître (- 4,8 %) en raison de l'évolution défavorable du marché de la presse, de l'incidence du commerce frontalier en Suisse et de la crise économique en Espagne.

  • Lagardère Unlimited

Chiffre d'affaires de 213 M€, stable en données brutes, mais en recul de 5,2 % à données comparables. L'écart entre ces deux variations est lié à des effets de change et de périmètre positifs (respectivement 7 M€ et 5 M€).
Les performances de la branche sont conformes aux attentes, notamment en ce qui concerne la commercialisation des droits marketing des clubs de football allemands.

Le recul de l'activité s'explique essentiellement par des effets calendaires :
- chez World Sport Group, la non-occurrence en 2012 de l'Asian Football Cup, compensée partiellement par la contribution des matches de qualification (football) pour les Jeux olympiques ;
- Sportfive bénéficie cette année de l'occurrence de la Coupe d'Afrique des Nations, atténuant ainsi l'effet calendaire lié à l'absence de matches de qualification pour l'UEFA.

II- PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DU COMPTE DE RÉSULTAT


RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT DES SOCIÉTÉS INTÉGRÉES (Résop)(8)


Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées du pôle Média s'établit à 112 M€, en baisse de 56 M€ en données brutes et de 21 M€ hors PMI et radios en Russie. Cette baisse s'explique essentiellement par une provision pour risque chez Lagardère Unlimited (liée au contrat avec le CIO) de 22 M€. Hors ces deux effets, le Résop serait stable.

 
Résop Média (M€)
Variation
2012/2011 brute (M€)
 
1er semestre 2011

1er semestre 2012

 LAGARDÈRE MEDIA 168
112
(56)
  • Lagardère Publishing
71
57
(14)
  • Lagardère Active
52*
31
(21)**
  • Lagardère Services
41
37
(4)
  • Lagardère Unlimited
4
(13)
(17)

* 17 M€ en données pro forma - hors principaux actifs cédés (PMI et radios en Russie).
** +14 M€ en données pro forma - hors principaux actifs cédés (PMI et radios en Russie). 

  • Lagardère Publishing

Les conditions de marché difficiles dans les pays anglo-saxons ont pesé sur la profitabilité, qui baisse à 6,3 %, soit - 1,6 point.

À noter : au second semestre, cette profitabilité sera significativement supérieure à celle du premier semestre, en raison d'effets de saisonnalité.

En effet, les perspectives au second semestre sont positives, avec notamment la publication du roman de J.K. Rowling The Casual Vacancy (qui sera édité par Little Brown Book Group au Royaume-Uni, par Little Brown and Company aux États-Unis et par Grasset en France), ainsi que la traduction en langue française de Fifty Shades of Grey de E.L. James.

  • Lagardère Active

La profitabilité est en forte hausse (hors cessions de la PMI et des radios en Russie) et s'établit à 7 % (+ 3,3 points), grâce à la bonne dynamique des activités de Production audiovisuelle et de Télévision, ainsi qu'à la bonne maîtrise des coûts, qui font plus que compenser les tendances négatives sur le marché de la publicité et de la diffusion.

  • Lagardère Services

Bonne profitabilité des activités de Travel Retail, notamment en Duty Free et en Europe de l'Est. Ces tendances sont légèrement compensées par les coûts de développement en Asie et les coûts d'intégration des nouvelles activités en Europe.

La légère baisse de la profitabilité (2,0 %, soit - 0,3 point), s'explique par le recul des activités de Distribution, notamment en Amérique du Nord et en Espagne, et par la mise en équivalence de plusieurs concessions (impact de - 5 M€), dans les aéroports de Paris (mode et Relay) et de Lyon. Ces activités étaient antérieurement consolidées par intégration globale. Cet impact sera moindre au second semestre, l'essentiel des activités concernées ayant été transféré au cours du second semestre 2011.

  • Lagardère Unlimited

Le Résop est en recul de 17 M€, du fait d'une provision pour risque sur le contrat avec le CIO (vente en Europe des droits médias pour les Jeux olympiques 2014 et 2016) d'un montant de 22 M€. Pour rappel, cette provision constitue l'un des trois éléments non inclus dans l'objectif de Résop Média 2012 présenté le 8 mars dernier.

Hors cette provision, le résultat progresse de 5 M€ grâce aux bonnes performances sur les droits marketing des clubs allemands, à la contribution de la Coupe d'Afrique des Nations et à la baisse des éléments non-récurrents.

Le Résop du Hors Pôles s'établit à - 6 M€, en progression de 2 M€ par rapport au premier semestre 2011.

CONTRIBUTION DES SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE

Le résultat des sociétés mises en équivalence s'établit à 45 M€, soit une hausse de 23 M€ par rapport au premier semestre 2011, qui s'explique essentiellement par la progression des résultats d'EADS (la contribution atteint 42 M€, contre 9 M€ au premier semestre 2011).

ÉLÉMENTS NON RÉCURRENTS / NON OPÉRATIONNELS

Les éléments non-récurrents / non-opérationnels atteignent - 39 M€ au premier semestre 2012 contre - 27 M€ au 30 juin 2011. Ils se décomposent de la manière suivante :

  • - 16 M€ d'amortissement des actifs incorporels et frais liés aux acquisitions, principalement chez Lagardère Unlimited et Lagardère Services ;
  • - 14 M€ de charges de restructuration, dont 11 M€ chez Lagardère Active suite à l'intensification du programme de rationalisation des coûts ;
  • - 9 M€ de pertes de valeurs portant notamment sur un immeuble en Italie. 

RÉSULTAT AVANT CHARGES FINANCIÈRES ET IMPÔTS

Il s'établit à 112 M€, contre 155 M€ au premier semestre 2011, reflétant essentiellement la baisse du Résop Média.

CHARGES FINANCIÈRES NETTES

Les charges financières nettes s'élèvent à 40 M€, en baisse de 5 M€ par rapport au premier semestre 2011 sous l'effet de la baisse de l'endettement net moyen.

IMPÔTS

La charge d'impôt s'établit à 24 M€, contre 66 M€ au premier semestre 2011, variation imputable à la baisse du résultat avant impôts d'une part, et d'autre part au fait que le premier semestre 2011 a supporté une charge fiscale exceptionnelle liée aux cessions de la Presse Magazine Internationale.

Compte tenu de l'ensemble de ces éléments, le résultat net total s'établit à 48 M€, dont 36 M€ pour la part du Groupe et 12 M€ pour les intérêts minoritaires.

COMPTE DE RÉSULTAT 

 (M€)  1er semestre 2011  1er semestre 2012
Pôle Média
Autres
activités*
Total 
Pôle Média Autres
activités*
Total
 Chiffre d'affaires 3 724 /
3 724 3 389
/
3 389
 Résop 168 (8) 160 112
(6)
106
 Résultat des sociétés mises en équivalence 13
9
22 3
42
45
 Éléments non récurrents / non opérationnels  (27) /  (27) (39)
/
(39)
 Résultat avant charges financières et impôts 154 1 155  76
36
112
 Charges financières nettes (22) (23) (45) (11)
(29)
(40)
 Résultat avant impôts 132 (22) 110 65
7
72
 Impôts (77) 11 (66) (44)
20
(24)
 Résultat net total 55 (11) 44 21
27
48
   dont Intérêts minoritaires (16) / (16) (12)
/
(12)
 Résultat net - part du Groupe
39
(11)
28
9 27
36
* Hors Pôles, Canal+ France et EADS.

 

RÉSULTAT NET AJUSTÉ - PART DU GROUPE

Le résultat net ajusté - part du Groupe (qui exclut la contribution d'EADS et les éléments non opérationnels) s'élève à 30 M€, soit une baisse de 27 M€ par rapport au premier semestre 2011 qui s'explique essentiellement par la provision passée chez Lagardère Unlimited de 22 M€, relative au contrat avec le CIO. 

 (M€) 1er semestre 2011 1er semestre 2012
 Résultat net - part du Groupe
28
36
 Résultat mis en équivalence d'EADS
(9) (42)
 Amortissements des actifs incorporels & frais liés aux acquisitions* 22
13
 Pertes de valeur sur écarts d'acquisition et immobilisations incorporelles *
(1)
10
 Charge de restructuration* 11
13
 Résultats de cession*
6
-
 Résultat net ajusté - part du Groupe 57
30

* Net d'impôt. 

III- AUTRES ÉLÉMENTS FINANCIERS


SOMME DES FLUX OPÉRATIONNELS ET D'INVESTISSEMENTS 

 (M€) 1er semestre 2011 1er semestre 2012
 MBA avant charges financières & impôts
282
 237
 Variation du BFR
(278)
 (191)
 Flux générés par l'activité
4
 46
 Intérêts payés et encaissés et impôts payés
 (62)
 (44)
 Flux opérationnels
(58)
2
   Investissements corporels & incorporels
 (121) (103)
   Cessions d'actifs corporels & incorporels
20
 4
 Free cash flow (159)
  (97)
   Investissements financiers
 (54)
(107)
   Cessions d'actifs financiers
 498   16
   Augmentation / (diminution) des placements financiers
  -
 10
 Somme des flux opérationnels et d'investissements   285   (178)

 

Les flux opérationnels s'élèvent à 2 M€ au premier semestre 2012.

  • La marge brute d'autofinancement est en légère baisse, à 237 M€, reflétant la baisse du Résop.
  • La variation du besoin en fonds de roulement (BFR), traditionnellement négative au premier semestre, s'améliore très sensiblement (+ 87 M€) par rapport au premier semestre 2011, du fait d'une évolution favorable de l'en-cours client sur Lagardère Publishing (liée notamment à l'essor du livre numérique) et Lagardère Active, au retour à une situation normative chez Lagardère Unlimited (report de paiements début 2011), et à l'effet positif de la déconsolidation des activités de PMI.
  • Les intérêts payés (nets des intérêts encaissés) diminuent de - 21 M€ à - 12M€.
  • Les impôts payés sont également en baisse (32 M€ contre 41 M€ au premier semestre 2011).

Les flux d'investissements s'élèvent à 210 M€.

  • Les investissements corporels et incorporels représentent 103 M€, en léger recul par rapport au premier semestre 2011, et concernent principalement les branches Lagardère Services (poursuite des développements par aménagements de points de vente et gains de nouvelles concessions) et Lagardère Unlimited (acquisition de droits sportifs).
  • Les investissements financiers représentent 107 M€, en progression de 53 M€ par rapport au premier semestre 2011 et correspondent essentiellement à la prise de participation à hauteur de 61 % de LeGuide.com par Lagardère Active, à la poursuite du développement des activités de Travel Retail par Lagardère Services (avec notamment des acquisitions dans les aéroports de Prague et de Genève) et à l'acquisition par Lagardère Unlimited du groupe nord-américain Gaylord, agence de représentation de sportifs.

Le montant des cessions d'actifs financiers s'établit à 16 M€, et correspond pour l'essentiel à la cession à Hearst de la joint-venture détenue avec Marie Claire en Chine.

Au total, la somme des flux opérationnels et d'investissements représente un décaissement net de 178 M€ contre un encaissement net de 285 M€ au 30 juin 2011, variation principalement imputable à la cession de la Presse Magazine Internationale (471 M€) en 2011.

SITUATION FINANCIÈRE

L'endettement net s'établit à 1 729 M€ au 30 juin 2012, stable par rapport au 30 juin 2011. Le creusement saisonnier (+ 460 M€ par rapport au 31/12/2011) est dû aux dividendes versés et au free cash flow négatif au premier semestre, ainsi qu'aux acquisitions réalisées.

La situation de liquidité du Groupe demeure solide, avec 1 573 M€ de liquidités disponibles (trésorerie et placements financiers au bilan de 620 M€, et lignes de crédit autorisées non tirées de 953 M€). L'échéancier de la dette demeure bien équilibré, la première échéance importante se situant en octobre 2014 (remboursement de l'obligation émise fin 2009 pour 991 M€). En janvier 2011, le Groupe avait renouvelé pour une durée de 5 ans un crédit bancaire syndiqué pour un montant de 1,6 Md€. 

IV- PERSPECTIVES - OBJECTIF


OBJECTIF D'ÉVOLUTION DU RÉSOP MÉDIA MAINTENU

Le second semestre devrait bénéficier d'une amélioration sensible de la profitabilité, après un premier semestre dont la performance n'est pas à extrapoler sur l'ensemble de l'année, et qui représente traditionnellement un poids plus faible dans les résultats annuels du Groupe.

Ainsi, l'objectif de Résop Média est maintenu, dans les conditions indiquées le 8 mars dernier : hors les trois éléments décrits ci-dessous et à périmètre (hors PMI et Radio en Russie) et change constants, le Résop Média 2012 devrait être stable par rapport à 2011.

Les trois éléments non inclus dans cet objectif, qui concernent Lagardère Unlimited, sont les suivants :

  • la provision pour risque relative au contrat avec le CIO, dont 22 M€ ont été passés au premier semestre ;
  • le règlement potentiellement positif des réclamations à la Fédération Française de Football ;
  • le règlement potentiellement positif du litige avec le Board of Control for Cricket in India.

 

(1) Périmètre et taux de change constants.
(2) Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées : voir définition en fin de communiqué.
(3) Trésorerie et placements financiers au bilan et lignes de crédits autorisées non tirées.
(4) Flux opérationnels et d'investissement, hors acquisitions / cessions d'actifs financiers et placements à court terme.
(5) Ouvrages destinés au grand public - adulte.
(6) Catalogue de nouveautés.
(7) Source ACI - mai 2012.
(8) Voir définition en fin de communiqué.

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

  • Publication du chiffre d'affaires du troisième trimestre 2012 le 13 novembre 2012 à 8h.

 

RAPPEL DE DÉFINITION DU RÉSOP
Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées est défini comme la différence entre le résultat avant charges financières et impôts et les éléments suivants du compte de résultat :

  • contribution des sociétés mises en équivalence ;
  • plus ou moins-values de cession d'actifs ;
  • pertes de valeur sur écarts d'acquisition, immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • charges de restructuration ;
  • éléments liés aux regroupements d'entreprises :
    - frais liés aux acquisitions ;
    - profits et pertes découlant des ajustements de prix d'acquisition ;
    - amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions.

 

La conférence téléphonique de présentation des résultats est retransmise, ce jour, en direct sur Internet : www.lagardere.com  

Contacts Presse

Contact Relations Investisseurs

Lagardère est un groupe 100 % média (Livre et e-Publishing ; Presse, Audiovisuel, Numérique et Régie publicitaire ; Travel Retail et Distribution ; Sport et Entertainment) comptant parmi les leaders mondiaux de ce secteur.
Lagardère co-contrôle la société EADS dont il détient une participation de 7,5 %.
Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris.

 

Avertissement :

Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.

Nous vous invitons à vous référer au Document de référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.

Lagardère SCA n'a aucunement l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l'utilisation qui serait faite de ces déclarations.

Lagardère